Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les femmes de ménage de l'hôpital de Valenciennes salariées d'ONET en grève contre la prime Covid de 150 euros

-
Par , France Bleu Nord

C'est le 3° jour de grève pour 98% des CDI de la société ONET qui s'occupe du ménage à l'hôpital de Valenciennes. Les agents estiment que la prime Covid qu'ils viennent de recevoir est bien insuffisante vu les risques encourus.

Les salariés d'Onet sont en grève depuis samedi
Les salariés d'Onet sont en grève depuis samedi © Radio France - Rafaela Biry Vicente

"Nos vies valent 150 euros brut à leurs yeux",  voilà la banderole déployée sur le piquet de grève d'une cinquantaine de salariées qui se considèrent sur une autre pancarte comme "les oubliées de l'hôpital". Alors qu'elles ont travaillé pendant toute la crise du Covid parfois dans les chambres de patients infectés par le virus, elles ont reçu 150 euros de prime d'Onet.

Affiche du piquet de grève
Affiche du piquet de grève © Radio France - Rafaela Biry Vicente

Injuste selon elles car elles estiment qu'elles ont fait le même travail que les ASH dans les hôpitaux qui n'ont pas sous traité le ménage, et qui ont eux reçu 1500 euros comme les soignants.

On s'est senti en danger et on a mis quand même nos familles en danger, et puis on a tous fait des heures, des agents ont reculé leurs congés, on n'a jamais dit non...on accepte pas cette prime, c'est se foutre de notre gueule, Séverine Ladrière, déléguée CGT

"La prime de la honte"

Une colère d'autant plus grande pour elles, qu'elles ont travaillé pendant 15 jours au début sans masque, puis sans masque FFP2 même dans les chambres covid au début, "c'était angoissant", se souvient Zarah.

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Jean-Paul Delescaut patron de la CGT dans le Nord et également aide soignant à l'hôpital de Valenciennes dénonce une "prime de la honte" et réclame 1500 euros par salariés à Onet, une société "qui a touché 20 millions d'euros d'aides publiques". Il réclame aussi au directeur général de l'hôpital en tant que "donneur d'ordres" d'abonder cette demande.

En attendant, les salariées appellent à un rassemblement de soutien ce mardi à 11h devant le hall de l'hôpital. Des salariées qui en profitent pour renouveler leur revendication, augmentation des salaires, 13° mois, etc.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu