Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les finances de l’hôpital du Bailleul toujours dans le rouge

mardi 26 juin 2018 à 18:18 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

L'Agence Régionale de Santé vole au secours du Pôle Santé Sarthe et Loir. L'ARS débloque une enveloppe exceptionnelle de deux millions d'euros pour renflouer environ la moitié du déficit de l'établissement situé à mi-chemin entre Sablé et La Flèche.

L'hôpital du Bailleul connaît un déficit chronique (Photo d'illustration)
L'hôpital du Bailleul connaît un déficit chronique (Photo d'illustration) © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

L’hôpital du Bailleul n’arrive pas à remonter la pente : d'un côté, les recettes diminuent, de l'autre les dépenses augmentent. Les premières sont directement liées à l'activité, en hausse de 3,5% l'an dernier et de 2% pour le premier semestre qui se termine. Mais cette hausse est toujours insuffisante pour inverser la tendance (à cause principalement du système de tarification à l'acte). En réalité, le Pôle Santé Sarthe et Loir manque toujours d'attractivité. De nombreux habitants du Sud du département préfèrent aller à l'hôpital du Mans ou à Angers. Les patients restent aussi moins longtemps, car l'ambulatoire s'est nettement développé, ce qui entraîne mécaniquement une baisse de recettes. Au Bailleul, une personne opérée sur deux en chirurgie classique rentre chez elle dans la journée

Des médecins remplaçants qui coûtent cher

Dans le même temps, les dépenses du Pôle Santé Sarthe et Loir continuent à exploser, à cause essentiellement du manque de médecins. L'établissement peine à recruter et par conséquent fait appel à des intérimaires, ce qui lui coûte beaucoup plus cher. Aujourd'hui, par exemple, aucun anesthésiste n'est titulaire. Un quart des 1.200 salariés de l'hôpital du Bailleul est remplaçant. 

Quel avenir pour la maternité ? 

L'inquiétude principale porte toujours sur la maternité. De nombreuses femmes choisissent d'accoucher au Mans ou à Angers, même si c’est plus loin de chez elles. Le seuil fixé par l'Agence Régionale de Santé pour le maintien du service est de 500 naissances par an. Il y en a eu 542 l'an dernier. 530 en 2016. 

Voici deux ans, l'hôpital du Bailleul a signé un contrat de retour à l'équilibre avec les autorités de santé. Mais depuis, la situation n'a fait qu'empirer. Le déficit devrait atteindre les 4 millions d'euros cette année. Deux fois plus qu'en 2017. Pour faire des économies, le plan prévoit des réorganisations de services et la suppression de 60 postes en quatre ans par non remplacement de départs à la retraite. Mesures qui suscitent des inquiétudes et qui ont entraîné, à plusieurs reprises, la grève d’une partie du personnel.