Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Travail / Emploi : un enjeu électoral 2017

Les fonctionnaires alsaciens dans la rue pour défendre le service public

lundi 6 mars 2017 à 20:56 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les fonctionnaires manifestent ce mardi à Paris et en Alsace. Les infirmiers, le personnel hospitalier mais aussi les agents de la fonction publique territoriale dénoncent une "casse" de la fonction publique.

Les syndicats de fonctionnaires dénoncent la casse du service public.
Les syndicats de fonctionnaires dénoncent la casse du service public. © Maxppp - Eric Balédent

Strasbourg, France

Les fonctionnaires alsaciens descendent dans la rue, ce mardi, à l'appel de plusieurs syndicats dont FO, Solidaires et la CGT, pour une grande journée mobilisation nationale à Paris, à 13h30 Place Denfert-Rochereau mais aussi en Alsace, à Mulhouse et à Strasbourg notamment où au moins deux manifestations sont organisées, la première à 10h30, Place Kléber, la seconde dans l'après-midi, à 15 heures, Place Kléber également.

Le mouvement a été lancé par les personnels de santé, les infirmiers, les aides-soignants et tous les personnels hospitalier. Ils dénoncent la déstructuration du service publique avec la baisse des effectifs et le manque de moyens.

Le nombre de fonctionnaires, un des thèmes de la présidentielle

A moins de 50 jours de l'élection présidentielle, certains candidats ne cachent pas leur souhait de réduire le nombre de fonctionnaires. Dans son programme, le candidat d'En Marche, Emmanuel Macron annonce vouloir supprimer 120.000 postes. Pour le candidat des Républicains, François Fillon c'est même 500.000 postes de fonctionnaires qui sont en trop. Il souhaite réduire le recrutement et faire passer de 35h à 39 heures le temps de travail des fonctionnaires.

Pour Karim Hadi, secrétaire général de la CGT des agents territoriaux de l'Eurométropole, les fonctionnaires ont toujours été "le mouton noir" et "une cible facile" pendant les élections. Selon le syndicaliste, "lorsque l'on dit que les fonctionnaires coûtent tant et tant à l'état, le gouvernement de François Hollande a distribué 40 milliards aux entreprises au titre du CICE, et à côté de ça le chômage n'a fait qu'augmenter. Alors l'argent il y en a et il est sans doute mal utilisé. Mais dire que ce sont les fonctionnaires qui coûtent trop d'argent, on ne peut pas partager ce point de vue là".

Une analyse fine pour éviter des conclusions hâtives

Pour l'économiste Amélie Barbier-Gauchard, qui a publié un rapport sur l'emploi public, dire qu'il y a trop de fonctionnaires en France "c'est faux" car si l'on compare les indicateurs des autres pays européens, la France compte 90 emplois publics pour 1.000 habitants ce qui est, selon Amélie Barbier-Gauchard "dans la moyenne européenne, au même niveau que le Royaume-Uni".

Selon la chercheuse de la Faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il faut une analyse fine de ce sujet "explosif". Si des candidats à l'élection présidentielle prévoient un nombre de suppression de postes cela n'a pas de sens car il faut analyser l'emploi public précisément avant d'en tirer des conclusions hâtives. D'après Amélie Barbier-Gauchard, certains domaines de l'emploi public sont essentiels comme "l'éducation, la santé, la défense et la sécurité qui représentent plus de 60% de l'emploi public, sur lesquels il faudrait éviter à tout prix de supprimer des postes".

Cependant, l'économiste estime que ce constat n'empêche pas d'étude l'emploi public. Il faut notamment se pencher sur l’administration publique, en réalisant par exemple, un "diagnostic" sur les économies prévues après la fusion des régions.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.