Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les Fonderies du Poitou privées de rencontre au ministère à Paris, Bercy reporte le rendez-vous

mardi 30 octobre 2018 à 15:13 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Il n'y aura pas de rencontre à Paris pour les salariés des fonderies du Poitou. Des élus locaux devaient être reçus à Bercy ce mercredi, mais le ministère annule le rendez-vous car il arrive "trop tôt après la visite vendredi du délégué interministériel aux restructurations des entreprises".

Les fonderies du Poitou
Les fonderies du Poitou © Maxppp - Maxppp

Ingrandes-sur-Vienne, Ingrandes, France

Rencontre annulée demain à Bercy au ministère de l'économie pour les fonderies du Poitou. Des élus de la Vienne et d'Indre et Loire devaient être reçus par le cabinet de Bruno LeMaire mais les conseillers du ministre ont averti ce mardi midi que le rendez-vous était reporté sine dine. Au ministère, on pense que cette entrevue vient trop tôt après la visite en fin de semaine dernière du délégué interministériel aux restructurations d'entreprise. Jean-Pierre Floris est venu vendredi dernier à Ingrandes-sur-Vienne pour rencontrer dirigeants et élus du personnel des deux fonderies fonte et alu. 

Les deux entreprises spécialisées l'une dans la fonte, la seconde dans l'alu sont dans la tourmente depuis l'annonce par Renault d'une baisse importante de ses commandes. 

Pour la fonte, cela s'est déjà traduit par l'annonce d'un plan social. Au-delà des 103 suppressions d'emplois déjà annoncées, l'entreprise finit de caler un projet d'investissement pour diversifier sa production. On parle d'un projet de 8 à 12 millions d'euros que la Région financerait pour un quart. La Nouvelle Aquitaine devrait voter ce soutien au plus tard en février. Voilà qui laisse présager un horizon plutôt dégagé. 

Pour la fonderie alu en revanche, propriété de St Jean Industrie, la situation est plus complexe car Renault est son seul client. En plus, l'entreprise a besoin d'investissements importants, notamment pour améliorer sa productivité. Pour l'avenir, les négociations commerciales avec Renault peinent à aboutir. Une chose est sûre cependant pour Jean Pierre Floris, le délégué interministériel : "il faudra réduire les effectifs".