Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Fonderies du Poitou en danger

Les fonderies du Poitou s'invitent chez Renault au Mans

-
Par , France Bleu Poitou

350 salariés de la fonderie Poitou fonte et de St Jean industrie d'Ingrandes-sur-Vienne ont manifesté ce vendredi devant les grilles de l'usine Renault du Mans. Ils veulent obtenir des garanties du constructeur qu'ils estiment responsable de leur mise en redressement judiciaire.

Les salariés d'Ingrandes devant l'usine Renault du Mans
Les salariés d'Ingrandes devant l'usine Renault du Mans - Alain Delaveau

"Fondeurs, pas chômeurs" : c'est ce que les 350 salariés des fonderies, partis tôt ce vendredi matin à bord de sept cars du Poitou, sont allés scander devant l'usine Renault du Mans. Que ce soit à la fonte ou à l'alu, ils attribuent le placement en redressement judiciaire de leur entreprise au constructeur automobile ! A Renault de les sortir de l'ornière, voire de les réintégrer dans le giron du groupe, disent-ils. C'est ce qu'ils ont demandé dans une pétition remise dans l'après-midi au directeur de l'usine du Mans.

Prochaine échéance, le 28 février

Des salariés déterminés à se faire entendre. A la fonte par exemple, ils bloquent depuis jeudi les sorties de l'usine et empêchent donc les carters fabriqués à Ingrandes de quitter le site. 

Plus de 350 salariés venus à bord de 7 cars ont fait le déplacement d'Ingrande sur Vienne au Mans
Plus de 350 salariés venus à bord de 7 cars ont fait le déplacement d'Ingrande sur Vienne au Mans - Alain Delaveau

Tous ont les yeux rivés sur le 28 février, date à laquelle les offres de reprise des deux usines doivent être déposées au greffe du tribunal de commerce. Celui de Lyon pour St Jean Industries et de Poitiers pour la fonderie du Poitou fonte. 

Pour l'instant, seul le groupe Liberty a montré son intérêt. Une première offre a déjà été déposée pour l'alu. Mais vendredi, les élus du personnels ont appris de la bouche de l'administrateur qu'un autre repreneur serait sur les rangs, sans plus de précisions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess