Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les forains de La Plaine veulent bloquer le centre-ville de Marseille ce vendredi matin

jeudi 6 septembre 2018 à 17:50 Par Tony Selliez, France Bleu Provence

Attention : opération escargot attendue ce vendredi toute la matinée à Marseille. Les forains du marché de la Plaine dénoncent les conditions dans lesquelles sont organisés les travaux de rénovation de la place Jean-Jaurès.

3 fois par semaine, environ 300 exposants se retrouvent sur le marché de La Plaine à Marseille
3 fois par semaine, environ 300 exposants se retrouvent sur le marché de La Plaine à Marseille © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

C'est un marché incontournable à Marseille. Historique. Et symbolique. Un marché populaire, place Jean-Jaurès, à deux pas du cours Julien et de la Canebière. Mais le marché de la Plaine va bientôt changer de visage : la place va être totalement "requalifiée" et les travaux débutent d'ici la fin du mois, début octobre au plus tard. Mais ils devraient durer au moins deux ans et demi. Et en attendant, il n'y aura plus aucun forain sur cette place.

Un chantier de 12 à 13 millions d'euros

Combien seront-ils à manifester ? Ils espèrent en tout cas être nombreux. Ce marché, c'est environ 300 exposants trois fois par semaine : largement donc de quoi bloquer une partie de la ville pendant plusieurs heures.

Il n’y aura finalement aucun forain sur la place pendant toute la durée des travaux, alors que le cahier des charges présenté en juin dernier prévoyait le maintien de 80 d’entre eux.

"Je le prends très mal. C'est ma deuxième maison, la Plaine. Mes enfants sont nés ici, ils dormaient là, dans des cartons, pendant que je travaillais. Ils nous enlèvent une partie de nous. Je suis une femme seule, ils (la mairie) me proposent d'aller travailler dans des coupe-gorges. Ils nous foutent dehors comme des malpropres." Jeanine, foraine à la Plaine depuis 39 ans

Les forains travaillent sur cette place jusqu'à trois journées par semaine. Ils n'acceptent pas d'être "recasés" ailleurs, sur de plus petits marchés, dans de moins bonnes conditions à leurs yeux.

"Ils nous on fait des propositions (d'autres places) minables : sous des ponts à la Belle-de-Mai ou à La Rose. Ils cassent des petits commerçants pendant qu'ils ouvrent de grands centres commerciaux. Ils nous menacent de perdre notre commerce, si on ne signe pas leur papier où on va se mettre dans un trou perdu au fin fond du désert de Gobi." Hicham, forain à la Plaine depuis 10 ans

Le parcours ? 

Le rendez-vous pour les forains manifestants est fixé à 6h30 ce vendredi matin, place Jean-Jaurès. Mais le cortège ne devrait quitter la Plaine que vers 7h. Le cortège doit d'abord emprunter le boulevard Chave, puis le boulevard Sakakini, avant la passerelle de Plombières, le quartier de la Joliette et le tunnel du Vieux-Port. Direction ensuite l'hôtel de ville, peut-être aussi la préfecture. Mais l'idée est bien de provoquer, si possible, une nouvelle concertation avec la mairie.

Les responsables de cette opération ont arpenté le marché pour insister : "Pas de débordement". Ils se fixent aussi pour objectif de ne pas parasiter la venue d'Emmanuel Macron à Marseille. Au plus tard, mouvement terminé, promis, pour midi. Mais si jamais le président de la République pouvait tendre une oreille et se pencher sur leur situation, ils ne se feront pas prier.