Économie – Social

Les Français majoritairement défavorables à un changement de Premier ministre ou de cap économique

Par Julie Guesdon, France Bleu dimanche 5 avril 2015 à 18:15

Manuel Valls
Manuel Valls © MaxPPP

Un sondage IFOP publié dans le Journal du dimanche affirme que six Français sur dix ne souhaitent pas changer de Premier ministre. Des sondés favorables à Manuel Valls qui ne veulent pas qu'il change son cap économique au profit du rassemblement des divers sensibilités de gauche.

Manuel Valls doit maintenir "le cap des réformes en faveur des entreprises et de la relance de l'activité économique". C'est ce que démontre un sondage publié ce dimanche dans le JDD.

Sur les 1.005 personnees interrogées, âgées de 18 ans et plus, les 3 et 4 avril derniers, 62% ont rejeté un changement de Premier ministre. Au contraite, elles sont 60% à estimer que le gouvernement doit maintenir le cap économique qu'il s'est fixé. 38% seulement des sondés souhaitent que le chef du gouvernement "cherche avant tout à rassembler les différentes sensibilités de gauche, quitte à modifier son cap économique".*

Un remaniement, éventuellement

En revanche, les répondants sont plus mitigés quant à l'hypothèse d'un remaniement ministériel. Pourtant, aucune personnalité politique de gauche, du centre ou appartenant à EELV, parmi celles citées, n'est attendue lors d'un éventuel remaniement. Le président du Modem François Bayrou devrait entrer au gouvernement pour 45% des sondés (54% sont contre). La maire socialiste de Lille Martine Aubry suit avec 41% (contre 58%). Viennent ensuite l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (39% contre 60%), les ex-ministres Arnaud Montebourg (33% contre 64%) et Benoît Hamon (30/62), la maire de la capitale Anne Hidalgo (28/67), l'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot (25/72), le président de l'Assemblée Claude Bartolone (25/64).

A noter que le sénateur Europe Ecologie/Les Verts Jean-Vincent Placé, ne voit ses ambitions - affichées - d'entrer au gouvernement soutenues par seulement 16% des sondés contre 67% qui n'en veulent pas et 17% qui disent ne pas le connaître.

*Sondage réalisé selon la méthode des quotas sur un échantillon représentatif de la population française.