Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

SONDAGE - Les Français ne sont pas prêts à se passer de leur voiture

-
Par , France Bleu

Pour plus de huit Français sur dix, la voiture est associée à la liberté et ils n'ont pas l'intention de s'en passer dans les dix ans qui viennent. C'est ce qui ressort de l'observatoire Cetelem de l'automoblle publié ce mardi.

Le carburant est le premier poste de dépense automobile
Le carburant est le premier poste de dépense automobile © Radio France - Manon Klein

81% des automobilistes français se déclarent attachés à leur voiture, soit un peu plus que la moyenne européenne, selon l'observatoire Cetelem* de l'automobile 2020. Et d'ailleurs dans dix ans, 82% d'entre eux affirment qu'ils seront encore propriétaires d'une voiture. En France, on compte 590 véhicules pour 1.000 habitants. Pour plus de huit Français sur dix, la voiture est associée à la liberté et ils n'ont pas l'intention de s'en passer, même si 46 % des automobilistes estiment que la voiture est la cause principale de la pollution

La différence est nette entre les habitants des villes de plus de 100.000 habitants où les deux tiers se disent prêts à abandonner la voiture et les citoyens des villes plus petites où on ne trouve que 38 % des habitants pour déclarer qu'ils pourraient s'en passer. Les femmes et les plus de 55 ans sont moins disposés à lâcher le volant que la moyenne.

Principal souci des automobilistes : le coût des carburants

Pour les automobilistes,  le prix du carburant constitue la dépense principale liée à la voiture, loin devant l'assurance et les coûts d'entretien et de réparation. Pour faire baisser la note, le premier réflexe c'est de rouler moins. 67 % de ceux qui vivent dans des métropoles de plus d'un million d'habitants ont déjà renoncé à faire certains trajets en voiture. Mais c'est le cas d'un tiers seulement des habitants des petites villes (moins de 20.000 habitants). Conséquence logique : ces derniers sont les plus demandeurs d'une baisse des taxes sur les carburants. 

Autres pistes pour faire des économies : acheter une voiture qui consomme moins, trouver une assurance moins chère grâce à des comparateurs, faire entretenir sa voiture en dehors du réseau du constructeur et éviter les péages

Quelles alternatives à la voiture ?

75 % des Français habitent à moins de 15 minutes à pied d'un arrêt de transports en commun, métro, bus ou tram, selon l'observatoire mais 49% seulement l'utilisent régulièrement et 28 % seulement ont un abonnement. Quant au covoiturage, 10 % seulement des Français y ont recours plusieurs fois par mois en tant que passagers ou que conducteurs, une proportion qui atteint 13 % dans les villes contre 7 % seulement en zone rurale. L'autopartage est encore plus rarement pratiqué. En moyenne, 7 % des Français y ont recours régulièrement (12 % dans les métropoles et 3 % dans les campagnes). 

* Enquête Harris interactive auprès de 10.000 personnes dont 3.000 en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu