Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes bloquent les camions chez Vuitton à Issoudun

mardi 11 décembre 2018 à 11:03 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Berry

Une nouvelle action des gilets jaunes a été organisée ce mardi dans l'Indre, à Issoudun, avec le blocage à l'usine Vuitton de Condé. Une quinzaine de manifestants sont mobilisés pendant plus de quatre heures, avant de lever le camp en fin de matinée.

Une quinzaine de gilets sont mobilisés depuis 7h30 du matin.
Une quinzaine de gilets sont mobilisés depuis 7h30 du matin. © Radio France - Fabrice Baleira

Route de la Châtre, Issoudun, France

Une nouvelle action des gilets jaunes a été menée ce mardi matin dans l'Indre, à Issoudun, devant l'usine Vuitton de Condé. Une quinzaine de manifestants ont bloqué les expéditions, en empêchant les camions d'entrer et sortir du site, pendant plus de quatre heures. En revanche, ils ont laissé passer les salariés de l'entreprise.

Les gilets jaunes se sont donnés rendez-vous à 7h du matin, au rond-point de la route de la Châtre pour cette opération coup de poing.  Ils ont bloqué les entrées et sorties jusqu'à environ 11h30. C'est la première fois qu'ils bloquent ce site et le discours d'Emmanuel Macron ce lundi soir n'a pas calmé le mouvement.

Les gilets jaunes bloquent l'usine Vuitton pour la première fois. - Aucun(e)
Les gilets jaunes bloquent l'usine Vuitton pour la première fois. - Fabrice Baleira