Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes d'Albert dans la Somme réclament la destitution d'Emmanuel Macron

lundi 3 décembre 2018 à 9:08 Par Elodie Touchais, France Bleu Picardie

Troisième semaine de mobilisation des gilets jaunes et dans la Somme, à Albert, la détermination est intacte. Les manifestants, pacifistes, font ce lundi matin signer une pétition réclamant la destitution d’Emmanuel Macron.

Troisième semaine de mobilisation pour les gilets jaunes d'Albert. Anthony Langlet à droite.
Troisième semaine de mobilisation pour les gilets jaunes d'Albert. Anthony Langlet à droite. © Radio France - Hajera Mohammad

Amiens, France

" Le pouvoir au peuple" : c'est en substance le message d'Anthony Langlet, gilet jaune de la première heure à Albert dans la Somme et invité France Bleu Picardie.  Ce manifestant de 29 ans dénonce les violences qui ont une nouvelle fois entachées la mobilisation parisienne samedi mais à Albert, rien de comparable. "On est très calme et tout se passe très bien" assure Anthony Langlet qui en veut pour preuve la présence du député de la France Insoumise, François Ruffin accompagné de sa fille samedi au campement d'Albert. Mais pas de récupération politique selon Anthony Langlet : "il n'est pas venu en tant que politique mais en tant que citoyen".

Le mouvement pourrait devenir hors de contrôle

Après les violences qui ont une nouvelle fois émaillées le rassemblement parisien, Anthony Langlet reconnait qu'il a peur pour la suite du mouvement. Ce gilet jaune ne sait pas encore si il ira manifester le 8 décembre dans la capitale : "quand on voit comment ça se passe, ce n'est pas sûr" explique ce demandeur d'emploi pour qui il est aussi important de continuer à occuper le terrain dans la Somme.

On est bien au delà de la hausse des prix des carburants

Edouard Philippe, le 1er ministre doit rencontrer ce lundi les représentants des gilets jaunes. Un appel au dialogue positif pour Anthony Langlet qui précise : tout dépendra de sa vision des choses . Lui exige aujourd'hui la démission d'Emmanuel Macron et la dissolution de l'assemblée nationale. Et après ? " Il faut remanier le système, c'est le citoyen qui doit décider des lois".

On ne lâchera rien

Les gilets jaunes d'Albert attaquent leur troisième semaine de contestation mais ce n'est pas celle de la dernière chance. " Si ça ne marche pas là, on en refera une et on refera une" promet Anthony Langlet dont l'interview est à retrouver ici.