Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les gilets jaunes dans le cortège du 1er-Mai à Avignon

-
Par , France Bleu Vaucluse

Entre 1.000 et 2.000 manifestants ont défilé ce mercredi 1er mai dans les rues d'Avignon pour la traditionnelle fête des travailleurs. Un cortège auquel les gilets jaunes ont bel et bien participé. Ils étaient environ 400.

Gilets jaunes et syndicats se sont partagé la tête du cortège à Avignon
Gilets jaunes et syndicats se sont partagé la tête du cortège à Avignon © Radio France - Marie Rouarch

Avignon, France

C'est un cortège hétéroclite qui a arpenté les rues d'Avignon en ce 1er mai. Les gilets jaunes ont rejoint les traditionnels partis politiques et syndicats pour manifester en cette fête des travailleurs un peu particulière cette année. Ils étaient entre 1.000 et 2.000 à défiler ce mercredi matin, dont 200 à 400 gilets jaunes. Un début de cortège un peu chaotique à l'image des relations entre le mouvement et les organisations historiques. Les gilets jaunes ont voulu bousculer les traditions et partir en tête avec leurs banderoles anti-Macron. FO a un peu tiqué. Au final, le jaune et le rouge ont trouvé leur place en tête de cortège.

Les banderoles syndicales et des gilets jaunes ensemble en tête de cortège à Avignon - Radio France
Les banderoles syndicales et des gilets jaunes ensemble en tête de cortège à Avignon © Radio France - Marie Rouarch

Convergence des luttes

Quoi qu'il en soit "on garde l'esprit du 1er-Mai quand même, insiste Françoise de la CGT. On fête la lutte des travailleurs mais on coalise aussi toutes les revendications sociales et politiques du moment". "C'est un 1er mai particulier, forcément", commente André, militant CGT et gilet jaune. Lui porte la double casquette et n'aurait raté ce défilé pour rien au monde. "Mais tous les 1er-Mai sont différents et c'est important qu'on se rejoigne tous à cette date", réagissent les jeunes communistes de Vaucluse.

Laurence, gilet jaune de la première heure, espère bien que c'est le début, l'acte 1 de cette convergence de lutte dont on parle beaucoup depuis le 17 novembre, mais qui peine à se mettre en place. Peur de la récupération, rejet des syndicats et partis politiques traditionnels qui font partie du système que beaucoup de gilets jaunes veulent voir disparaître. "J'y crois. On est tous là pour la même chose : vivre dignement de notre travail" dit Laurence. Gérard aussi y croit. Pour lui, c'est sans doute le seul moyen de voir, finalement, leurs revendications aboutir. "On y travaille", conclut-il.

Choix de la station

France Bleu