Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Les gilets jaunes du Nord Franche-Comté célèbrent le premier anniversaire du mouvement

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Andelnans, Lure, Pont-de-Roide et Saint-Sauveur sont les quatre sites choisis dans le Nord Franche-Comté par les gilets jaunes ce samedi 16 novembre pour célébrer le premier anniversaire du mouvement.

Entre 60 et 150 gilets jaunes étaient rassemblés samedi 16 novembre au rond-point de Cora à Andelnans pour le premier anniversaire du mouvement
Entre 60 et 150 gilets jaunes étaient rassemblés samedi 16 novembre au rond-point de Cora à Andelnans pour le premier anniversaire du mouvement © Radio France - Sarah Vildeuil

Andelnans, France

Redonner un second souffle au mouvement: voilà ce que souhaitent les gilets jaunes pour leur premier anniversaire. Ce samedi 16 novembre, les gilets jaunes du Nord Franche-Comté se sont principalement rassemblés à quatre endroits. Selon les chiffres des forces de l'ordre, ils étaient une centaine dans l'après-midi à Lure au rond-point de Roye, jusqu'à 40 à Saint-Sauveur au rond-point de la RN57. 

Le matin à Pont-de-Roide, une trentaine de gilets jaunes se sont fait déloger par les gendarmes car ils étaient dans une zone interdite par arrêté préfectoral. Enfin, les manifestants étaient aussi à Andelnans,  une soixantaine au plus fort de la journée selon la police, jusqu'à 150 selon les gilets jaunes au rond-point de Cora. Toutes les manifestations se sont déroulées dans le calme, et il n'y a eu aucune perturbation de la circulation.

Une situation qui s'empire

A Andelnans, à la mi-journée, l'ambiance étaient conviviale autour d'un feu de palettes. Les gilets jaunes sur place ont partagé un repas, Lucky s'est en partie occupé des sandwichs à la merguez: "C'est un peu de tout le monde, on se débrouille. J'ai emmené les frites, j'ai emmené ce qu'il fallait." C'est un peu sa contribution. 

Mais autour du feu, la colère contre le président de la République est encore bien là. "Les mutuelles qui vont augmenter, l'électricité qui va augmenter, l'essence qui va augmenter... Il veut nous saigner, point barre, affirme Pascale, ouvrière intérimaire de 53 ans. Il ne comprend rien, enfin déjà il ne nous écoute pas."

Les gilets jaunes du rond-point d'Andelnans se disent prêts à rester mobiliser tant qu'il le faudra - Radio France
Les gilets jaunes du rond-point d'Andelnans se disent prêts à rester mobiliser tant qu'il le faudra © Radio France - Sarah Vildeuil
Manifestation des gilets jaunes à Andelnans samedi 16 novembre pour le premier anniversaire du mouvement - Radio France
Manifestation des gilets jaunes à Andelnans samedi 16 novembre pour le premier anniversaire du mouvement © Radio France - Sarah Vildeuil

On veut vivre de notre paye, de notre boulot, tout simplement. On ne veut plus être des assistés. - Pascale, gilet jaune

Les gilets jaunes du Nord Franche-Comté, comme Claude, espère que ce 53e samedi de mobilisation va remobiliser les troupes: "On essaye aussi de rallier la sympathie des gens, qui pensaient qu'on étaient que des casseurs. On a un peu une image ternie, même si on a encore beaucoup de klaxons." Des gilets jaunes comme Josette, retraitée, se disent prêts à aller jusqu'au bout. Elle lance même un défi au gouvernement: "Moi je voudrais que le gouvernement vive avec ce que j'ai, une journée, et après on discute." Josette se confie: "J'ai commencé à travailler à 16 ans. Aujourd'hui, je n'ai même pas 900 euros."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu