Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes rejettent le moratoire proposé par le gouvernement

mardi 4 décembre 2018 à 16:21 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Rien ne semble pouvoir ébranler la détermination des gilets jaunes. A Dunkerque, au rond-point des parapluies, ils n’ont pas l’intention de bouger après les annonces du Premier ministre sur la suspension, pour six mois, de la hausse des taxes sur les carburants et du prix de l'électricité.

Au rond-point des parapluies à Dunkerque, les gilets jaunes refusent le moratoire sur les taxes annoncé par le Premier ministre.
Au rond-point des parapluies à Dunkerque, les gilets jaunes refusent le moratoire sur les taxes annoncé par le Premier ministre. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

Au rond-point des parapluies, à Dunkerque, réunis autour de braseros, devant la tente qu’ils ont installé, avec tables, chaises et même canapé, les gilets jaunes débattent de ces six mois de temporisation annoncés. Robert est en retraite. Il a perdu 60 euros par mois avec la hausse de CSG : "c'est zéro ! Dans six mois, ils vont remettre autre chose. Il n'y a pas de discussions possibles, parce qu'ils veulent des très riches et des très pauvres, les classes intermédiaires, ils n'en veulent plus. Ils ne vont jamais changer, ils ont pris une ligne et ils continuent. C'est la merde. "

C'est de l'enfumage ; comme les CRS, ils nous enfument !

Les gilets jaunes de Dunkerque sont bien installés au rond-point des parapluies, et ils ont bien l'intention d'y rester. - Radio France
Les gilets jaunes de Dunkerque sont bien installés au rond-point des parapluies, et ils ont bien l'intention d'y rester. © Radio France - Matthieu Darriet

Jours et nuits, les gilets jaunes se relaient pour maintenir une présence. Ainsi Jérémie vient pendant ses heures de repos ; il gagne 1.100 euros par mois dans le secteur du nettoyage. Et pour lui, le gouvernement est toujours à côté de la plaque : "là il ne parle que des taxes, mais pas des salaires, des retraites et des créations d'emplois. L'argent qu'il donne aux riches, il n'en a pas parlé, donc rien ne va bouger. Le mouvemente est tellement lancé qu'il aurait fallut avoir du concret dès maintenant et pas dans six mois."

Ça ne va pas calmer les choses, au contraire ; ça va énerver encore plus les gens, parce qu'on se fout de leur gueule.

Les gilets jaunes redisent donc qu’ils sont prêts à passer Noel sur leurs ronds-points. En attendant, certains participent à l’encadrement des manifestations lycéennes pour éviter les débordement