Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Les GM&S de retour devant le tribunal de commerce

vendredi 1 septembre 2017 à 18:17 - Mis à jour le dimanche 3 septembre 2017 à 14:40 Par Audrey Tison, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu

Reprise par GMD ou liquidation définitive ? Le dossier de l'usine de La Souterraine est de nouveau examiné ce lundi par le tribunal de commerce du Poitiers qui devrait prendre plusieurs jours avant de se prononcer.

Les GM&S à Poitiers lors d'une précédente audience du tribunal de commerce.
Les GM&S à Poitiers lors d'une précédente audience du tribunal de commerce. © Radio France - Olivier Estran

La Souterraine, France

Retour à Poitiers pour les salariés de GM&S industry. Ce lundi, ils font de nouveau la route entre La Souterraine (en Creuse) et Poitiers pour rencontrer les juges du tribunal de commerce. Ces derniers vont se pencher sur l'unique dossier de reprise de l'usine, celui déposé par le groupe GMD.

120 salariés repris sur les 277, le rachat de l'usine et de son terrain, ce sont les grandes lignes de ce dossier de reprise. Le groupe GMD est connu dans le secteur automobile, et dans l'activité d'emboutissage. Son projet est jugé "crédible" par le gouvernement, Bercy a d'ailleurs beaucoup agi pour que les conditions posées par le PDG soient remplies : l'usine est assurée d'avoir 22 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel dans les cinq ans à venir, via des commandes de Renault et de PSA. Ces constructeurs vont aussi mettre la main à la poche pour investir dans l'usine : en tout 15 millions d'euros prévus.

Jugement attendu dans les prochains jours

Mais tout cela n'est pas suffisant pour les salariés, la plupart ne sont pas prêts à accepter 157 licenciements, à moins qu'ils soient accompagnés de gros chèques et d'une orientaion sérieuse vers un reclassement. Ils doutent aussi que l'usine pourra tourner avec seulement 120 personnes. Des inquiétudes qu'ils ont écrites noir sur blanc dans un avis rendu ce lundi aux juges consulaires. Ces derniers devraient prendre plusieurs jours avant de rendre leur décision : le rachat par GMD ou la liquidation définitive.

Le dossier est solide (...) il s'agit d'une opportunité exceptionnelle de relancer l'activité - Bruno Le Maire, ministre de l'Economie.

La dernière lettre de Bercy adressée aux salariés de GM&S (1/2) - Aucun(e)
La dernière lettre de Bercy adressée aux salariés de GM&S (1/2)
La dernière lettre de Bercy adressée aux salariés de GM&S (2/2) - Aucun(e)
La dernière lettre de Bercy adressée aux salariés de GM&S (2/2)