Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Les GM&S prêts à tout pour sauver leur usine

mardi 28 mars 2017 à 19:55 Par Audrey Tison, France Bleu Creuse

Les salariés de La Souterraine préparent une action coup de poing en région parisienne, pour réclamer des comptes aux groupes automobiles PSA et Renault. L'usine tourne toujours au ralenti et les esprits s'échauffent..

Les 282 salariés unis pour sauver l'usine GM&S de La Souterraine
Les 282 salariés unis pour sauver l'usine GM&S de La Souterraine © Radio France - Audrey Tison

La Souterraine, France

Qu'attendent les élus et les préfets de Haute-Vienne et de l'Indre pour s'investir en faveur de l'usine GM et S de La Souterraine ? C'est la question que se posent les salariés de l'usine en redressement judiciaire. Seulement une vingtaine d'élus ont répondu à leur invitation sur le site ce mardi. Il y avait essentiellement des élus creusois, aucun représentant de l'Indre, seulement cinq de Haute-Vienne (de Saint-Hilaire-la-Treille et de Saint-Sulpice-les-feuilles). Décevant pour les élus syndicaux, qui estiment que les trois départements devraient lutter ensemble pour sauver ce sous-traitant automobile, car des salariés de ces territoires risquent de perdre leurs emplois.

Face aux élus, les salariés ont fait le point sur la situation de l'entreprise, et on peut dire que le tableau s'assombrit. Les ouvriers ne travaillent qu'à la moitié de leur capacité (deux jours et demie de travail par semaine, au maximum deux presses qui tournent). Les salariés pointent l'attitude de PSA. Le groupe ne commande plus assez de pièces, ou ne donne pas le matériel pour les élaborer, alors que les constructeurs auto s'étaient engagés à maintenir l'activité lors d'une table-ronde à Bercy.

Les constructeurs auto jouent au poker-menteur, mais nous on joue pas, ce sont nos vies qui sont en jeu, dénonce Vincent Labrousse de la CGT

Les salariés ont l'impression d'avoir entamé toutes les démarches possibles, ils attendent des nouvelles de leur administrateur judiciaire sur d'éventuelles poursuites judiciaires envers PSA, et ont fait remonter le dossier au sommet de l'Etat. Le député Michel Vergnier assure que Bercy et le Premier ministre suivent le dossier de près. Il affirme aussi avoir envoyé un courrier au PDG de PSA pour dénoncer son inertie. Mais le groupe Peugeot-Citroën semble muet, les salariés n'arrivent pas à obtenir un rendez-vous avec le directeur des achats du groupe, alors que l'usine de La Souterraine a besoin de prouver qu'elle a des marchés, afin de convaincre un éventuel repreneur. Trois entrepreneurs sont déjà venus visiter le site, sans déposer d'offre de rachat pour le moment. Pour obtenir des réponses de la part des constructeurs auto, les salariés ont décidé de monter à Paris ce jeudi pour une action coup de poing, et ils invitent tous les élus de Creuse, d'Indre et de Haute-Vienne à les accompagner. Départ à 4h30 de l'usine.

Je pense qu'on va secouer fortement, les salariés en ont marre. La cocotte bout tellement que certains ont envie de barricader l'usine, mettre des bonbonnes de gaz, faire venir de l'essence et foutre le feu - Yann Augras, élu CGT

Seule une vingtaine d'élus ont répondu à la nouvelle invitation des salariés ce mardi - Radio France
Seule une vingtaine d'élus ont répondu à la nouvelle invitation des salariés ce mardi © Radio France - Audrey Tison

En parallèle de ces action, les salariés de GM et S Industry ont accepté de se faire tirer le portrait, par deux photographes professionnels en vue d'une exposition.