Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les grandes banques déclarent un quart de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux

lundi 27 mars 2017 à 7:49 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes se trouve dans les paradis fiscaux, selon un rapport de l'ONG Oxfam publié ce lundi. D’après l'Oxfam, l'implantation de ces banques dans ces territoires permet d’organiser l’évasion fiscale de leurs clients et d’échapper à l’impôt.

Les cinq plus grandes banques françaises déclarent une partie de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux.
Les cinq plus grandes banques françaises déclarent une partie de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux. © Maxppp - Marc Salvet

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes se trouve dans les paradis fiscaux, selon un rapport de l'ONG Oxfam publié ce lundi. Ces banques "déclarent 26% de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit 25 milliards d'euros en 2015, mais seulement 12% de leur chiffre d'affaires et 7% de leurs employés", un "décalage flagrant", remarque l'ONG. Les cinq plus grandes banques françaises, BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, CIC et Société Générale, affichaient, en 2015, 5,5 milliards d'euros de bénéfices dans des paradis fiscaux, des états ou elles n'ont pourtant pas d'activité économique. D’après l'Oxfam, l'implantation de ces banques dans ces territoires permet d’organiser l’évasion fiscale de leurs clients et d’échapper à l’impôt.

Des bénéfices déclarés aux Iles Caïmans, mais aucun employé sur place

L'ONG cite l'exemple des Iles Caïmans : quatre banques françaises y sont présentes : BNP, BPCE, le Crédit Agricole et la Société Générale. Elles dégagent 174 millions de bénéfices dont 134 millions pour la seule BNP, sans aucun employé et sans payer d’impôt. Une des destinations favorites des banques reste le Luxembourg. La Société générale y déclare 587 millions de profits, c’est-à-dire autant que ses bénéfices cumulés en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas. Ce n'est pas un hasard souligne l'Oxfam qui rappelle que c’est via sa filiale luxembourgeoise que la banque a créé près de 500 sociétés offshore, impliquées dans le scandale des "Panama papers."

Depuis 2015, les banques européennes ont l'obligation de détailler leurs activités dans tous les pays où elles sont présentes : bénéfices, chiffre d'affaires, nombre d’employés.