Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les habitants de Cœur Haute Lande invités à acheter des actions dans la transition énergétique

dimanche 5 novembre 2017 à 17:49 Par Hajera Mohammad, France Bleu Gascogne

Les habitants de l'intercommunalité Cœur Haute Lande pourront bientôt acheter des actions pour investir dans la transition énergétique de leur territoire. Un projet inédit pour permettre aux citoyens d'être directement engagés dans le développement durable.

Michel Jacob, président d'Énergie citoyenne Haute Lande avec Laura Richl et Edouard de Rivoyre, habitants de Brocas.
Michel Jacob, président d'Énergie citoyenne Haute Lande avec Laura Richl et Edouard de Rivoyre, habitants de Brocas. © Radio France - Hajera Mohammad

Mont-de-Marsan, France

La communauté de communes Cœur Haute Lande propose à ses habitants d'investir dans la transition énergétique. Les citoyens sont invités à acheter des actions dans sa société d'économie mixte (SEM), chargée de mettre en place cette transition.

100 euros l'action

Les habitants représenteront à terme 25% du capital de la SEM et 25% des sièges dans son conseil d'administration, comme les vrais actionnaires d'une entreprise. Mais pour participer, il y a une condition indispensable à respecter : résider dans l'une des communes de Cœur Haute Lande. L' autre condition est d'avoir au moins 100 euros, c'est le prix d'une action. On peut en acquérir jusqu'à cinq maximum. Cœur Haute Lande espère lever 50 000 euros de fonds auprès de ses habitants pour commencer et pouvoir ainsi développer ses projets en matière de transition énergétique : les panneaux photovoltaïques, les voitures électriques ou encore les circuits courts. À terme, l'objectif est clair : devenir un territoire auto-suffisant en énergie.

Investissement écologique

Reste à convaincre les habitants qui, contrairement aux autres actionnaires, ne toucheront pas de dividendes en retour, en tout cas pas dans l'immédiat. "Si les gens veulent vraiment faire des placements, c'est pas chez nous qu'il faut venir, il y a la bourse pour ça", explique Michel Jacob président de la SAS d'Éco-citoyenne Haute Lande. Il s'agit de la coopérative citoyenne créée dans le but de lever les fonds auprès des habitants. " Les citoyens ont commencé à faire du tri dans leurs déchets, à utiliser les transports en commun quand c'est possible. Il y a un changement dans la démarche et maintenant on leur donne un outil de plus qui va être encore plus efficace puisque là, ils sont directement partie prenante, il n'y a pas d'intermédiaires", ajoute Michel Jacob.

Les citoyens représenteront 25% du capital de la société d'économie mixte (SEM) de Cœur Haute Lande.  - Aucun(e)
Les citoyens représenteront 25% du capital de la société d'économie mixte (SEM) de Cœur Haute Lande. - www.coeurhautelande.fr

Des arguments qui ont convaincu Laura Richl d'investir dans la SEM en achetant une action. Pour cette restauratrice de Brocas, c'est un investissement pour l'avenir de la planète. "Je pense que chacun doit être responsable de ce qui va se passer plus tard. Moi, j'ai des enfants j'ai envie qu'ils aient une vie comme moi j'ai pu la connaître et si je mets juste 100 euros et que ça peut aider pour l'avenir, ça ne me dérange pas. Mais je veux que l'argent soit vraiment utilisé et ce que ça donne quelque chose."

Un projet présenté à l'Élysée

Pour le moment, les actions ne sont pas encore disponibles. La date de la levée de fonds n'a pas été communiquée. Cœur Haute Lande est en plein opération communication pour tenter de convaincre les habitants. "Il y a déjà 120 personnes qui ont signalé leur intérêt", avance Michel Jacob. L' initiative de la communauté de communes séduit aussi au plus haut niveau. Patrick Sabin, son vice-président, est allé présenter l'idée à l'Élysée l'an dernier. La Fondation Nicolas Hulot l'a retenue dans le cadre de son appel à projets "My positive impact". Les internautes pourront voter à partir du 6 novembre.