Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les habitants des Bouches-du-Rhône commencent à recevoir leurs avis d’imposition

lundi 30 juillet 2018 à 20:15 Par France Bleu Provence, France Bleu Provence

À partir de ce mardi 31 juillet, les habitants des Bouches-du-Rhône reçoivent leurs avis d’imposition dans les boîtes aux lettres. Les contribuables du département découvrent le taux à partir duquel ils seront taxés l'an prochain, pour les tous premiers prélèvements à la source en 2019.

Les premiers avis d'imposition, qui marquent le début le prélèvement à la source en 2019, arrivent dès mardi 31 juillet dans les Bouches-du-Rhône
Les premiers avis d'imposition, qui marquent le début le prélèvement à la source en 2019, arrivent dès mardi 31 juillet dans les Bouches-du-Rhône © Maxppp - Vincent Isore

Aix-en-Provence, France

La réforme, qui entre en vigueur au prochain janvier 2019, est une libération pour certains, comme Guillaume, employé dans le prêt-à-porter qui se dit "phobique administratif". Le jeune Aixois explique :  

"J’ai souvent des problèmes de retard dans mes impôts et je dois payer les majorations qui vont avec… Donc le prélèvement à la source, ça m’arrange."

Parmi les critiques adressées à cette réforme, il y a le manque de confidentialité pour le salarié vis-à-vis de son employeur, qui saura si son employé touche d’autres revenus complémentaires, venant du foncier par exemple. Mais s’il le souhaite, le contribuable peut demander un taux "neutre", puis régulariser son taux réel auprès du fisc.

Les employeurs, de leur côté, voient le prélèvement à la source comme une contrainte. Frédéric est chef d’entreprise dans le secteur du mobilier, et doit désormais payer davantage sa comptable pour faire les déclarations d’impôts de ses salariés. "On travaille pour l'État, et on n’est même pas rémunérés pour", s’indigne-t-il. Le coût de la réforme est estimé à 140 millions d'euros pour l'État.