Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Semaine cruciale pour les hôpitaux de Marseille

dimanche 28 janvier 2018 à 19:40 Par Chloé Gandolfo et Corrine Blotin, France Bleu Provence

Mercredi, le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo) doit valider ou non le plan de l'hôpital public de Marseille dont la dette abyssale dépasse 1 milliard d'euros.

L'hôpital public de Marseille est l'un des plus endettés de France.
L'hôpital public de Marseille est l'un des plus endettés de France. © Maxppp - MaxPPP

Marseille, France

Mercredi 31 janvier, le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (le Copermo) doit valider ou non le projet de modernisation de l'assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM). Un projet chiffré à 300 millions d'euros et qui prévoit la fermeture de plus de 230 lits et une suppression de 800 à 1 000 postes, dont 300 à 400 soignants.

L'appel de 1000 médecins et cadres de santé

Si des moyens sont donnés aux hôpitaux de Marseille, des coupes dans la masse salariale sont exigées, "ce qui est inacceptable alors que certains services n'ont plus assez de personnels pour fonctionner normalement", estiment les syndicats.

En France, les établissements de santé sont au bord du gouffre. L'AP-HM cumule une dette de 1,1 milliard d’euros et un déficit cumulé de 400 millions d’euros. Mais le gouvernement impose une nouvelle cure de rigueur budgétaire d'environ 1,6 milliards d'économie.

Dans ce contexte, 1000 médecins et cadres de santé signent une pétition pour dénoncer un système de financement des hôpitaux publics à bout de souffle. Pétition lancée notamment par André Grimaldi, professeur émérite d'endocrinologie-diabétologie à la Pitié Salpêtrière invité de France Bleu Provence ce lundi à 7h50.

Une infirmière pour 25 patients

Parmi les signataires, Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie au CHU de Marseille : "Notre mission n'est pas de faire un bilan comptable mais de soigner les gens".

"On est très inquiets pour les suppressions de postes car on est déjà en sous-effectif. Avec une infirmière pour 25 patients, comment fait-on pour bien soigner les malades ? Les soins se dégradent de plus en plus", regrette Fatia Ferkouss, infirmière en cardiologie à La Timone à Marseille et déléguée CGT. 

L'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (APHM), est le premier employeur de la région avec 15 000 salariés dont 2000 médecins.