Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Les horticulteurs veulent sauver leurs "meilleurs mois de l'année"

Les préfectures de Creuse, Corrèze et Haute-Vienne viennent d'autoriser les horticulteurs à vendre leur produit. Ils ne peuvent pas être vendus en magasin mais uniquement à emporter ou en "drive". Une mesure saluée mais "incomplète" selon la profession.

Les horticulteurs veulent rouvrir Les horticulteurs veulent rouvrir
Les horticulteurs veulent rouvrir - Earl Verthamont

Les horticulteurs et pépiniéristes peuvent reprendre en partie leur activité. C'est important pour eux, car ils réalisent en temps normal près de 70% de leur chiffre d'affaire au  printemps.

Publicité
Logo France Bleu

Creuse, Corrèze , Haute-Vienne: dans chaque département , la préfecture donne son feu vert. 

Les magasins restent fermés mais on peut passer commande de  graines ou encore boutures d’arbres et venir les chercher à la porte de la boutique. 

Attention, on ne peut acheter que des plantes pour le potager.. oubliez les petites fleurs, leur vente reste interdite !

Un "drive" pour éviter les contacts avec les clients

Les pépiniéristes creusois Glomot se sont réorganisés : les trois magasins de l'entreprise sont fermés au public et la vente se fait devant la porte de l'enseigne.

"Nous proposons aux voitures de passer à la jardinerie une à une, après avoir passer commande par téléphone. On peut gérer le flux, client après client et limiter les contacts" explique Bastien Glomot, un des responsables de l'entreprise.

Cette mesure ne permettra  cependant pas une reprise totale de l'activité .

Chez les pépiniéristes creusois Glomot, 6 employés sont au chômage partiel car l'entreprise tourne au ralenti : "habituellement nous réalisons 70% de notre chiffre d'affaire à cette période de l'année". 

Cinq mille primevères à la poubelle 

Dans votre jardinerie, vous ne pourrez acheter que des plants pour le potager  (plants de légumes, ou de fruits par exemple). Or une large part de l'activité des horticulteurs concerne aussi les plantations d'ornement.

Philippe Baylet, le président du syndicat des horticulteurs de Haute-Vienne et de Creuse regrette cette situation:

"A titre personnel, c'est par exemple 5.000 primevères que je vais mettre à la poubelle, soit une perte de 20.000 euros en un mois". 

Cette restriction en revanche ne touche pas  les grandes surfaces. Elles  continuent de vendre des fleurs à replanter

"C'est de la concurrence déloyale" dénonce Philippe Baylet  "les vrais producteurs n'ont pas le droit de vendre et jettent à la poubelle alors que eux ont le droit et récupèrent notre clientèle". 

Une situation qui pourrait donc mettre à mal financièrement certains horticulteurs et pépiniéristes malgré les annonces du gouvernement qui souhaite étaler les charges pour les entreprises en difficulté. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu