Économie – Social

Les impôts locaux arrivent, à Nantes Métropole, la facture s'annonce salée

Par Aurélien Tiercin, France Bleu Loire Océan lundi 12 septembre 2016 à 20:47

Les Impôts locaux arrivent dans vos boîtes aux lettres
Les Impôts locaux arrivent dans vos boîtes aux lettres © Maxppp - Franck Dubray

Les avis d'impositions affluent dans vos boîtes aux lettres en ce moment. Pour les habitants de la métropole nantaise, la taxe d'habitation et surtout la taxe foncière sont en hausse. Nantes fait partie du top 3 des collectivités françaises où les impôts locaux augmentent le plus.

1000% ! C'est l'augmentation phénoménale de la part métropolitaine de la taxe foncière à Nantes Métropole. Pour les Nantais et les habitants de la métropole, le taux métropolitain passe de 0.6% à 6% en moyenne. Ce chiffre est donc à relativiser, dû à son poids relativement faible dans la facture globale, mais pour le propriétaire d'un appartement T4 à Nantes par exemple, la taxe foncière sera plus élevée de 60 à 150€ en moyenne. C'est une hausse globale de 10% environ.

La taxe d'habitation augmente plus faiblement : +6%. La majorité devraient payer quelques euros de plus qu'en 2015 et certains pourraient même payer moins car la hausse de la taxe d'habitation est compensée par la baisse de la TEOM (Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères). Malgré tout, Nantes Métropole monte sur le podium des collectivités françaises où les impôts locaux décollent avec Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Le palais des sports de Beaulieu, le nouveau MIN : Un investissement colossal

Le Vice-Président de Nantes Métropole, Pascal Bolo, justifie ces augmentations par la continuité de l'investissement public. "Pendant ce mandat 2014-2020, Nantes Métropole va investir 1 700 000 000€, un record !". Effectivement, la métropole multiplie les chantiers d'envergure : la construction d'un Marché d'Intérêt National tout neuf (85 millions d'euros) , la remise en état de la station de tramway Commerce à Nantes (10 millions d'euros, le plus gros chantier du genre en France) ou encore la rénovation du Palais des sports de Beaulieu, l'antre du HBC Nantes (40 millions d'euros).

Ces hausses d'impôts, c'est moins de pouvoir d'achat pour les ménages. Cela va dans le sens contraire de la relance de l'économie française" - Joël Guerriau, sénateur-maire de Saint-Sébastien-sur-Loire.

Des investissements qui ne plaisent pas à tout le monde. A Saint-Sébastien-sur-Loire, le maire Joël Guerriau regrette un "matraquage" fiscal des ménages. "On les pénalise. Et c'est d'autant plus dommageable qu'à cause des baisses de dotations de l'état, j'ai déjà dû augmenter la part communale des impôts locaux, c'est la double peine pour les Sebastiennais" regrette le maire. Devant la mairie, Ginette, retraitée veuve depuis peu, va devoir payer une centaine euros de plus qu'en 2015. "J'ai peur de ne plus pouvoir assumer ma maison. Je rêvais de finir ma vie chez moi, et je ne sais pas si ce sera possible".

Et Pascal Bolo de dédramatiser : "On ne paie pas plus cher à Nantes qu’ailleurs, nous nous sommes simplement alignés sur les métropole de même taille". En effet,  les Nantais devront payer autant ou presque que les Bordelais, les Niçois ou les Rouennais.

Tous les contribuables imposables devront malgré tout s'acquitter de leur tâche avant le 22 octobre 2016 pour la taxe foncière et au 15 novembre 2016 pour la taxe d'habitation.

Partager sur :