Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les jardineries Boncap en Béarn fermées depuis le début du confinement inquiètes pour l'avenir

-
Par , France Bleu Béarn

Fermées depuis le 16 mars en raison du confinement, les jardineries Boncap qui possèdent quatre sites en Béarn font le dos rond en attendant la fin de la crise. Il a fallu jeter une partie des fleurs et plantes et une quarantaine de personnes sont au chômage technique .

les jardineries Boncap sont fermées (image d'illustration)
les jardineries Boncap sont fermées (image d'illustration) © Radio France - william giraud

Depuis le début du confinement les jardineries Boncap qui possèdent quatre sites en Béarn (Bordères, Lescar, Idron et Orthez) ont fermé leurs portes au public. Une fermeture qui tombe au mauvais moment avec l'arrivée du printemps, la meilleure période, et c'est près de 65% du chiffre d'affaires qui pourrait être perdu. 

Travail réduit au minium 

Par ailleurs, avec l'embauche de saisonniers c'est une quarantaine de personnes qui se retrouvent au chômage technique depuis le 16 mars. Le travail est réduit au minimum : arrosage et taille des plantes et arbustes qui peuvent attendre la fin du confinement alors que par exemple les plantes d’intérieur ont été jetées.

Les patrons veulent rester optimistes mais dénoncent une disparité de réglementation : ils ne comprennent pas pourquoi on peut acheter des plantes et fleurs dans les grandes surfaces d'alimentation alors qu'ils restent eux fermés faute de dérogation préfectorale. "C'est deux poids, deux mesures !", s'insurge Jean-Philippe Bonnecaze l'un des patrons des jardinerie Boncap.

L'un des patrons de la jardinerie Boncap

Dans d'autres départements comme la Dordogne ou la Creuse, les jardineries ont été autorisées à rester ouvertes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu