Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

LE + INFO - Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté craignent l'arrivée de viande américaine en France

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Bourgogne
Bourgogne, France

Les négociations de libre-échange entre l'Union Européenne et le Mercosur, l'union des pays d'Amérique du Sud, inquiètent les producteurs de viande de la région. Le bœuf argentin ou brésilien pourrait bientôt venir concurrencer à moindre coût le charolais dans nos supermarchés.

Au marché de couverts de Dijon, la possible arrivée massive de viande d'Amérique du Sud en France était sur toutes les lèvres.
Au marché de couverts de Dijon, la possible arrivée massive de viande d'Amérique du Sud en France était sur toutes les lèvres. © Radio France - Lila Lefebvre

Le bœuf est un des points épineux des négociations entre le bloc de l'Amérique du Sud, le Mercosur, et l'Union Européenne. Depuis plusieurs mois, les deux entités élaborent un accord d'échange économique qu'elles auraient espéré signer avant la fin de l'année, une signature finalement reportée à 2018. Cet accord faciliterait l'arrivée sur nos étales de viandes brésiliennes ou argentines (deux gros producteurs), produites à moindre coût, une concurrence insoutenable pour les éleveurs de la région, ils étaient réunis ce mardi à Dijon pour alerter les consommateurs. 

"On va voir arriver massivement de la viande du Brésil ou de l'Argentine qui ne respecte pas nos réglementations"

Guillaume Gauthier est président des Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté, il est producteur de viandes bovines et de céréales en Saône-et-Loire, la viande représente 70% de son chiffre d'affaire, "donc forcément on regarde de près ces négociations, assure-t-il, on est très inquiet. On va voir arriver massivement du bœuf du brésil ou de l'Argentine qui ne respecte pas nos réglementations, _nous on a des normes très strictes pour protéger le consommateur, ce ne sera pas le cas pour ces viandes qui vont arriver de là-bas"_

Les OGM au cœur des préoccupations

"Nous en France les OGM sont interdits, tout comme en Europe, mais dans ces pays là les animaux sont principalement nourris au maïs OGM, s'alarme Guillaume Gauthier. En Argentine ou au Brésil ce sont des élevages de 20 000 à 30 000 têtes où les animaux voient rarement un brin d'herbe, alors que chez nous la moyenne est de 80 bêtes par élevage, nourries à 80% d'herbe". Et c'est aussi le coût de l'élevage qui s'en ressent, pour Guillaume Gauthier, la concurrence serait intenable. 

"On mange très bien en France sans aller chercher de la viande au Canada ou en Argentine, s'emporte Gisèle, cette cliente s'est dirigée d'elle-même vers Guillaume pour lui prendre un tract d'information,on a déjà eu des problèmes avec la vache folle et on continue de nous refourguer des machins comme ça.

40 substances interdites en France sont autorisées au Canada ou dans les pays du Mercosur, une réglementation qui joue en défaveur des éleveurs français.
40 substances interdites en France sont autorisées au Canada ou dans les pays du Mercosur, une réglementation qui joue en défaveur des éleveurs français. © Radio France - Lila Lefebvre

Un accord avec le Mercosur viendrait s'ajouter au crainte de celui déjà signé avec le Canada, le CETA qui prévoit déjà de multiplier par dix les quotas de bœufs canadiens à l'importation en France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess