Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les Jeunes agriculteurs du Finistère bloquent la coopérative d'achat Leclerc à Riec-sur-Bélon

vendredi 21 décembre 2018 à 9:18 Par Thomas Biet, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu

Des dizaines d'agriculteurs en colère bloquent depuis jeudi soir le site qui dessert les magasins Leclerc bretons. Un coup de pression à quelques jours des fêtes de Noël pour peser sur les négociations annuelles et dénoncer les ordonnances de la loi Alimentation.

Les jeunes agriculteurs ont décidé de passer à l'action plus rapidement que les années précédentes
Les jeunes agriculteurs ont décidé de passer à l'action plus rapidement que les années précédentes -

Riec-sur-Bélon, France

Ils se sont positionnés aux alentours de 21h30 ce jeudi autour des grilles de la Scarmor à Riec-sur-Bélon avec leurs tracteurs. Une cinquantaine de Jeunes agriculteurs du Finistère bloquent la centrale d'achat du groupe Leclerc. 

Peser sur les prix

Un site particulièrement sensible à quelques jours de Noël puisqu'il dessert des produits frais et surgelés dans 43 hypermarchés Leclerc dans le Finistère (25), le Morbihan (6) et les Côtes d'Armor (12). Les agriculteurs veulent peser sur les négociations annuelles sur les prix qui vont durer jusqu'à février. "On ne voulait pas aller dans les magasins pour ne pas prendre les consommateurs pour cible (...) on vise directement la grande distribution", explique l'un des manifestants.

Pour les agriculteurs mobilisés, les prix ne sont pas ce qu'ils devraient être : "Un paquet de producteurs n'arrive pas à vivre dignement, ce n'est pas normal".  Stéphane Cornec, leur président, s'inquiète aussi de l'impact des ordonnances de la loi Alimentation sur les prix.

Ils n'étaient plus qu'une dizaine sur place ce vendredi matin et s'attendaient à se faire déloger rapidement par la préfecture.