Économie – Social

Les Justin Bridou soutiennent un salarié licencié pour avoir cassé un écran d'ordinateur

Par Rémi Brancato, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 2 juillet 2014 à 16:15

Les salariés de Justin Bridou débraient devant l'usine de Maclas.
Les salariés de Justin Bridou débraient devant l'usine de Maclas. © Radio France - Rémi Brancato

Cinquante à soixante salariés de l'usine Justin Bridou de Maclas (Loire) ont débrayé ce mercredi pendant trois heures pour dénoncer le licenciement d'un de leur collègue. Il a reconnu avoir cassé un écran d'ordinateur. La direction dénonce une "dégradation volontaire".

Une soixantaine devant l'usine

Ce mercredi midi devant l'usine Justin Bridou de Maclas (Loire), les salariés rassemblés dénoncaient le licenciement jugé "excessif" de leur collègue Patrick. Il travaillait de nuit, début mai, quand un écran d'ordinateur n'a plus fonctionné. Patrick s'emporte alors et tape sur la machine qui se casse.

"Je pensais avoir trois jours de mise à pied mais on m'a dit : 'pour vous c'est le licenciement'. Je trouve que c'est sévère"

Patrick, salarié licencié

Une sanction trop sévère ?

Les salariés dénoncent deux poids deux mesures, d'autant que plusieurs ouvriers auraient été surpris en état d'ébriété dans l'usine et qu'ils n'ont écopé que de mises à pied. Pour Yoann Chabert, le délégué CGT de l'usine, "c'est la première fois qu'une sanction pareille est prise pour un acte similaire". Le syndicaliste ajoute que le salarié licencié vient d'être élu représentant du personnel pour la CGT au CHSCT (Comité d'hygiène de sécurité des conditions de travail) et que son licenciement peut avoir un lien avec ses fonctions syndicales.

Yoann Chabert, délégué CGT de l'usine Justin Bridou.

"On a de fort doute de discrimination syndicale mais, bien sûr, la direction ne le reconnaît pas"

Yoann Chabert, délégué CGT de l'usine Justin Bridou à Maclas

La Direction dément ces accusations. Elle n'a pas souhaité s'exprimer au micro mais elle confirme simplement qu'une procédure de licenciement est en cours pour "dégradation volontaire du matériel".

Le salariés de Justin Bridou ont débrayé devant l'usine de Maclas