Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Les magasins de lingerie sont essentiels" selon la porte-parole picarde du collectif "action culottée"

-
Par , France Bleu Picardie

Les gérants des magasins de lingerie viennent de lancer le collectif "action culotté" pour protester contre la fermeture de leurs magasins. Ils ont envoyé des "culottes de mécontentement" à Matignon. Jean Castex a dû recevoir la culotte de Mélinda Locheron, installée à Laon dans l'Aisne.

Mélinda Locheron a envoyé une culotte invisible parce qu’elle se sent invisible
Mélinda Locheron a envoyé une culotte invisible parce qu’elle se sent invisible © Radio France - Mélinda Locheron

"On ne comprend pas pourquoi on est considéré comme non-essentiel, pourquoi on a pas le droit d'ouvrir alors que dans les grandes surfaces, les sous-vêtements sont vendus" explique Mélinda Locheron, gérante d'une boutique de sous-vêtements à Laon dans l'Aisne et porte-parole picarde du collectif "action culottée". 

Collectif qui vient d'envoyer des culottes de mécontentement au premier ministre Jean Castex pour dénoncer un manque d'équité par rapport aux grandes surfaces.

Une culotte envoyée à Jean Castex
Une culotte envoyée à Jean Castex © Radio France - Mélinda Locheron

"C'est un message de ras-le-bol et un message de désarroi. On connait la situation, la dangerosité du coronavirus. Mais nous avons des stocks qui sont énormes et l'État ne le prend pas en considération. On ne comprend pas pourquoi on est considéré comme non essentiels." 

"On veut pouvoir rouvrir, on sait faire respecter les règles sanitaires. Tout est nettoyé, une seule personne est reçue à la fois. On peut aussi recevoir sur rendez-vous." 

Mélinda Locheron est porte-parole picarde du collectif "action culottée"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess