Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les magasins de musique autorisés à réparer des instruments mais pas à les vendre : "ça n'a aucun sens"

-
Par , France Bleu Maine

Les boutiques vendant des instruments de musique sont fermées depuis l'entrée en vigueur des "mesures de freinage", le 3 avril. Charles Morel, le gérant du magasin Music'France au Mans (Sarthe) ne dresse pas de bilan catastrophique grâce notamment à une clientèle de débutants plus importante.

Les magasins de musique ne sont pas autorisés à vendre d'instruments pendant ce semi-confinement (photo d'illustration)
Les magasins de musique ne sont pas autorisés à vendre d'instruments pendant ce semi-confinement (photo d'illustration) © Radio France - Jérôme Collin

Depuis le "confinement saison 3", plusieurs commerces dits "non essentiels" ont dû à nouveau baisser le rideau. Parmi eux, les magasins de musique bien que la règle ne soit pas très claire pour Charles Morel, gérant de Music'France au Mans. "Si j'ai bien compris,  la vente d'instruments de musique n'est pas essentielle. Notre rayon est donc fermé, comme certains rayons dans les grandes surfaces. Sauf que dans mon cas, c'est l'intégralité du magasin". En revanche, les clients peuvent venir acheter des disques, des livres ou faire réparer un instrument dans les magasins de musique. "Ça n'a aucun sens. Des confrères sont encore ouverts. Ils prennent le risque parce que de toute façon, on comprend rien".

Financièrement on ne peut pas se plaindre, ce qui est complètement inespéré par rapport à la situation 

Charles Morel ne dresse pas pour autant un bilan catastrophique après une année rythmée par des ouvertures et des fermetures. "Nous bénéficions d'aides de l'Etat. Puis, nous sommes revenus à l'équilibre: nous avons une perte de chiffre d'affaires parce que les musiciens amateurs et professionnels ne peuvent plus jouer. Mais dans le même temps, nous voyons arriver de nouveaux clients, une clientèle de débutants, puisque ce sont des personnes qui veulent se mettre ou se remettre à la musique. Donc, malgré la fermeture des salles de concert, l'absence de répétitions, nous avons réussi à maintenir une activité semblable. Financièrement on ne peut pas se plaindre,  ce qui est complètement inespéré par rapport à la situation".  

Nous n'aurions pas réussi à maintenir l'activité comme elle était, si nous étions restés à Coulaines

Il estime par ailleurs que le déménagement de sa boutique de Coulaines à la place d'Alger au Mans a été très bénéfique. "Nous sommes maintenant en plein centre-ville. Il y a beaucoup plus de passage. Puis nous avons 150 places de parking devant le magasin. Nous n'aurions pas réussi à maintenir l'activité comme elle était, si nous étions restés à Coulaines". 

La nouvelle éco : Charles Morel, gérant du magasin Music'France était l'invité de France Bleu Maine

Des ruptures de stocks 

Toutefois, Charles Morel doit faire face à des rupture de stock: "parce que nous sommes encore énormément approvisionnés par les pays asiatiques, les Etats-Unis. Ça vient de partout dans le monde. Les produits qu'on a dans le magasin sont livrés par cargos et il y a des problèmes d'acheminement, des cargos sont parfois bloqués. Ils n'ont pas le droit d'entrer dans les ports. Sans parler des _problèmes de fabrication_, tout simplement. Des productions ont été arrêtées au cours des différents confinements dans différents pays. Mes clients ne comprennent pas toujours quand je leur explique qu'il y a six mois de délai avant de recevoir un instrument en magasin". 

Une manifestation pour la réouverture des commerces "non-essentiels" 

Ce lundi 19 avril, des commerçants organisent une manifestation à 14 heures au Mans pour réclamer la réouverture des commerces dits 'non-essentiels". Johanna Desnos, la gérante esthéticienne à Villeneuve-en-Perseigne (Sarthe), l'une des organisatrice était l'invitée de France Bleu Maine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess