Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les magasins Toys'R'Us France repris par la société Jellej

mardi 9 octobre 2018 à 7:35 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

La société française Jellej a été choisie lundi soir pour reprendre les magasins Toys'R'Us en France. Spécialement créée pour l'occasion, la société Jellej réunit un créancier de la maison-mère de Toys'R'Us et l'enseigne Picwic, présidée par la famille Mulliez, propriétaire d'Auchan.

Les magasins Toy'R'Us sont numéro un de la distribution de jouets en France.
Les magasins Toy'R'Us sont numéro un de la distribution de jouets en France. © Maxppp - Jean-François FREY

La société française Jellej jouets a été choisie lundi pour reprendre la filiale française de Toys'R'Us, au détriment notamment de la FIB (Financière immobilière bordelaise), récent acquéreur de la Grande Récré. Ce choix écarte la possibilité de créer un marché du jouet plus concentré dans le pays. La société Jellej jouets a été créée spécialement pour l'occasion par le fonds Cyrus Capital, un des créanciers de la maison-mère américaine de Toys'R'Us, associé à l'enseigne nordiste Picwic (25 magasins), dont le président est lié à la famille Mulliez, propriétaire du groupe Auchan et à l'industriel Tony Lesaffre.

Le numéro un de la distribution de jouets en France 

Numéro un de la distribution de jouets en France où il gère 53 magasins, Toys'R'Us avait annoncé fin juillet chercher un repreneur, après la mise en liquidation en mars des 735 magasins de l'enseigne aux États-Unis.

Le tribunal a expliqué son choix en avançant que concernant la "pérennité de l'activité", le "succès commercial" de l'enseigne, ainsi que la "fiabilité" de son financement, le "meilleur compromis" s'est avéré être l'offre de Jellej. "On est content pour les collaborateurs de Toys'R'Us qui vont faire une super saison de Noël", a réagi à la sortie de l'audience le président de Picwic, Romain Mulliez, à l'AFP.  

La plupart des emplois sauvés 

Jellej s'est engagé à reprendre 44 magasins et 1.036 salariés sur 1171. Son offre prévoit également d'accorder à Toys'R'Us une ligne de crédit de plus de 70 millions d'euros, dont plus de 50 millions seront dédiés au financement des stocks. 

Pour Christelle Jordan de la CFDT, syndicat majoritaire au sein de Toys'R'Us, ce qui fait "le plus mal", ce sont les "135 salariés qui perdent leur emploi aujourd'hui". Pour le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), un accord majoritaire a été signé mercredi dernier, après amélioration des conditions, avec notamment la mise en place d'une cellule de reclassement, non prévue au départ, et un budget quasiment "multiplié par cinq" pour la formation, a souligné Mme Jordan à l'AFP.

Des animations et des ateliers dans les magasins 

L'objectif est de faire venir les familles dans les magasins en privilégiant "l'épanouissement de l'enfant" avec par exemple des animations et des ateliers, mais aussi des offres de location, avait expliqué la semaine dernière à l'AFP la directrice générale de Picwic, Nathalie Peron-Decorps.