Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les manadiers en danger

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu Gard Lozère

Depuis le 1er janvier, certains manadiers ont vu leurs cotisations d'assurance multipliées par cinq. On en compte une trentaine dans l'Hérault. Pour la fédération des manadiers, c'est un danger qui plane sur l'avenir de cette profession.

Manadiers et toro lors d'un abrivado sur la plage de Palavas-Les-Flots
Manadiers et toro lors d'un abrivado sur la plage de Palavas-Les-Flots © Maxppp - Guillaume Horcajuelo

Près de 80 manadiers, sur les 160 que comptent les régions Occitanie et Provence-Alpes Côte d'Azur ont vu leurs cotisations d'assurance augmenter depuis le 1er janvier. Groupama a en effet décidé de multiplier par cinq le montant de certains contrats. "Certains éleveurs vont devoir payer 9.000 euros par an au lieu de 1.500", déplore Béranger Aubanel, vice-président de la fédération des manadiers. L'assureur estime dépenser six fois plus que ce qui est cotisé : "Ce n'est plus rentable pour eux, reconnaît Béranger Aubanel. Il y a trop d'accidents".

"Il faut que le public des jeux taurins devienne responsable de ses actes." (Béranger Aubanel, vice-président de la fédération des manadiers)

Mais pour lui, le vrai problème vient d'un article du Code civil qui date de 1804. "Il dit que c'est le propriétaire d'un animal qui est responsable en cas d'accident", explique Béranger Aubanel, lui-même manadier. Une aberration, selon lui, surtout quand l'accident est provoqué par une personne du public. "Il y a des cas où c'est le spectateur qui n'est pas là où il devrait être, ou qui perturbe exprès le jeu taurin", regrette-t-il.

Régulièrement, lors d'abrivados, "des jeunes s'amusent à placer des bâches sur le parcours des taureaux", déplore Béranger Aubanel. Il affirme que cela arrive plus d'une fois sur deux. Ces comportements créent de l'agitation dans le troupeau et cela peut finir en accident. 

Les manadiers militent donc pour changer cela. "La profession demande que ce soit le public des jeux taurins qui devienne responsable de ses actes", affirme Béranger Aubanel. 

Soutien de la Région Occitanie

La Région Occitanie apporte son soutien aux manadiers. Elle veut sauvegarder ce "sport, qui est aussi une culture populaire et un vecteur de tourisme", selon Jean Denat, élu au Conseil régional. Pour cela, elle a lancé des démarches législatives pour modifier l'article du Code civil : "Nous avons sollicité des parlementaires, notamment  les députés Olivier Gaillard et Patrick Vignal", précise l'élu. 

La Région veut aussi accompagner les manadiers dans leurs démarches pour rassurer les assureurs : "Ils s'engagent à élaborer et signer une charte qualité pour diminuer les risques des pratiques taurines", affirme Jean Denat. Un moyen de montrer la bonne volonté des manadiers. 

Les manades engendrent chaque année quelque 26 millions de retombées économiques en Occitanie et en PACA. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess