Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bretagne : plusieurs milliers de manifestants dans les rues pour le premier mai

mardi 1 mai 2018 à 15:08 Par Benjamin Bourgine, Alexandre Frémont et Tudi Crequer, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Un premier mai revendicatif dans les rues en Bretagne, de Brest à Fougères, de Saint-Brieuc à Lorient. A Rennes près de 3500 manifestants et des heurts entre un petit groupe cagoulé et les policiers.

Le défilé à Rennes est parti de la place de la mairie
Le défilé à Rennes est parti de la place de la mairie © Radio France - Alexandre Frémont

Bretagne, France

Les syndicats mobilisent pour ce 1er mai, et misent sur un front commun CGT, FO, FSU et Solidaires, mais sans la CFDT. Mais ce ne sera pas le cas partout ! Pourtant, les revendications sont nombreuses entre celles des cheminots, des postiers, des personnels des ehpad, des retraités et des étudiants.

Des manifs dans toute la Bretagne

Des manifestations et rassemblements sont prévus dans la matinée, dans les principales villes bretonnes. A noter que la CFDT fait bande à part et organise un rendez-vous, par exemple à Rennes, dans l'après-midi, au parc des Gayeulles, autour de Mai 68.

En Finistère

3 000 manifestants ont défilé dans le département. On dénombrait par exemple 600 personnes à Quimper et un millier à Brest. D'autres rassemblements avaient lieu également à Châteaulin, Carhaix, Morlaix, Quimperlé, Pont l'Abbé... 

En marge du défilé brestois, un mur a été érigé devant la porte d'entrée de la permanence des élus "Brest Métropole En Marche". Les phrases "Fermeture définitive, tout doit disparaître" ont été taguées. "Ériger des murs est un symbole lourd de sens et à l'opposé du dialogue dans lequel nous avons toujours placé notre engagement politique" explique le groupe dans un communiqué.

Dans les Côtes d'Armor et le Morbihan

Dans le Morbihan, la CGT a compté environ 1.700 manifestants. 1.500 à Lorient. Une centaine à Pontivy, 80 à Ploërmel et 15 à Belle-Ile-En-Mer. Il n'y avait pas de défilé à Vannes, les personnes étaient appelées à se joindre au cortège lorientais.

Dans les Côtes d'Armor il y avait près de  800 personnes à St Brieuc, 500 à Guingamp et 450 à Lannion.

En Ille et Vilaine

3000 personnes à Rennes - Radio France
3000 personnes à Rennes © Radio France - Alexandre Frémont

Des manifestations ce mardi matin à Rennes, Fougères, Redon, Saint-Malo et Vitré. A Rennes, alors qu'un hélicoptère sillonnait le centre-ville, autour de 3500 personnes ont défilé sous le soleil à l'appel de la CGT, de Force Ouvrière et de Sud Solidaires. Une forte mobilisation qui a été entachée par des heurts entre un groupe d'une soixantaine de jeunes cagoulés ou masqués, qui avait pris la tête du cortège, et les forces de l'ordre.

Des forces de l'ordre en nombre - Radio France
Des forces de l'ordre en nombre © Radio France - Alexandre Frémont

Les policiers ont fait usage de grenades lacrymogènes et asséné des coups de matraque pour essayer de disperser ces manifestants qui commençaient à ramasser des projectiles et à les jeter contre les forces de l'ordre selon un communiqué de la préfecture d'Ille-et-Vilaine.  Alors que le défilé se poursuivait dans le calme la tension était palpable à l'angle du boulevard de la liberté et de l'avenue Janvier près du TNB. 

La manifestation s'est terminée vers 13H30 et l'apaisement est revenu en centre-ville de Rennes. A l'annonce de la dislocation esplanade de Gaulle, un nouveau cortège de 400 personnes s'est dirigé vers le commissariat en soutien d'une personne interpellée.  Il n'y a pas eu de dégradation en ville.