Économie – Social

Les dégâts des manifestations du printemps ont coûté plus de 300.000 euros à la ville de Nantes

Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu vendredi 7 octobre 2016 à 16:30

La façade de l'Hôtel de ville de Nantes vandalisée lors d'une manifestation contre la loi travail - archives
La façade de l'Hôtel de ville de Nantes vandalisée lors d'une manifestation contre la loi travail - archives © Radio France - Géraldine Houdayer

Le maire de Nantes affirme que les dégradations commises lors des manifestations contre la loi travail ont coûté plus de 300.000 euros à la ville. Ce chiffre a été révélé vendredi matin au conseil municipal.

La ville de Nantes a chiffré avec précision le montant des dégâts commis lors des nombreuses manifestations contre la loi travail au printemps, la facture s'élève à 338.637 euros selon Johanna Rolland, le maire PS, qui a informé les élus au cours du conseil municipal de vendredi matin.

Containers à déchets incendiés, aubettes brisées, vitrines caillassées, vitres de l'hôtel de ville cassées, murs tagués, pavés descellés, les dégradations se sont multipliées pendant plusieurs semaine. Entre le 31 mars et le 2 juin il y a eu une vingtaine de manifestations à travers la ville et à chaque fois des actes de vandalisme ont été commis contre des bâtiments et du mobilier urbain. Leur seule remise en état représente près de 70% de la note !

La ville n'aura pas à payer l'intégralité des réparations, les assurances en prendront en charge la moitié. Ces dégâts concernent uniquement les biens propriétés de la ville, la société des transports de l'agglomération nantaise (la Semitan) a de son côté évalué à plus de 200.000 euros les dégradations commises sur le réseau.

Partager sur :