Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les marchés comptent sur les Vauclusiens pour vivre à l'année

jeudi 28 janvier 2016 à 12:02 Par Aurélie Lagain et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Les forains se félicitent d'un début d'année 2016 apaisé sur les marchés et appellent les Vauclusiens à venir les faire vivre toute l'année. Les touristes ne suffisent pas.

Sur un marché en Vaucluse
Sur un marché en Vaucluse © Maxppp

Sorgues, France

Le département de Vaucluse compte environ 80 marchés hebdomadaires dans les villes et villages. Le syndicat des commerçants des marchés de Provence Vaucluse et limitrophes a dressé un bilan apaisé sur l'année écoulée mercredi à Sorgues, lors de son assemblée générale annuelle. 

Les différends entre municipalités et marchands forains se sont tassés à Orange, Bollène ou au Pontet. Reste à régler la situation sur le marché d'Apt, où la précédente municipalité avait augmenté le prix des emplacement de 50%. 

Les forains appellent les Vauclusiens à venir faire leur marché toute l'année, car les touristes ne suffisent pas, explique Dominique Damiano, président du syndicat : "Le tourisme ne peut en aucun cas compenser le chaland local qui fait vire son marché. Si l'on fait l'inverse, c'est du marché saisonnier. Il y a de l'arnaque, beaucoup de choses qui débordent du marché, que nous ne pouvons pas maîtriser. "

"Pendant quatre mois (de la Toussaint à Pâques), on tient nos emplacements. On fait vivre la ville à faible rentabilité, mais on est là." 

Reportage de Jean-Michel Le Ray