Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le temps semble s'être arrêté dans les gorges de la Sioule

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Jadis très réputées pour leur cadre majestueux et les nombreux restaurants au bord de la rivière, les gorges de la Sioule, au nord du Puy-de-Dôme, ne connaissent pas la même affluence touristique que le massif du Sancy. L'activité économique a diminué, pourtant les atouts ne manquent pas.

Les gorges de la sioule
Les gorges de la sioule © Radio France - Jean-Pierre Morel

Clermont-Ferrand, Auvergne-Rhône-Alpes, France

A l'ombre des arbres, au bord de la rivière, ce couple d'ardéchois avec un bébé, profite de la fraîcheur pour pique-niquer. "C'est calme, reposant, c'est très beau" apprécie le jeune couple qui découvre les lieux. "Mais on a aussi constater qu'il y avait beaucoup de restaurants fermés, ou des biens à vendre, on s'est fait la réflexion".  

L'hotel Vindrié, une institution à l'abandon - Radio France
L'hotel Vindrié, une institution à l'abandon © Radio France - Jean-Pierre Morel

Non loin de là, une institution symbolise cette perte d'activité. L'hotel Vindrié, un fleuron de la restauration à la belle époque, est à l'abandon. L'endroit est au bord de l'eau, mais il est désert. "Je n'ai pas connu cette période faste, mais il y avait une vingtaine d'établissements, aujourd'hui il n'y en a plus que trois" regrette Jacques Juste, qui vient de reprendre le camping des Tarteaux au Pont de Menat. Les pieds dans l'eau, et malgré un tarif imbattable de 11 euros 50 la nuit pour deux personnes avec l'électricité, seulement 50% des emplacements sont occupés. "Il y a un vrai potentiel, mais sous développé, je dis aux politiques qu'ils viennent nous voir pour faire vivre ce territoire qui est en train de mourir petit à petit". Ici et là, les volets des maisons sont fermés, et les panneaux "à vendre" nombreux".

On est un peu abandonné dans le nord du Puy-de-Dôme..." Frédéric, gérant de l'Auberge au Pont de Menat

Loin de l'affluence du Sancy, le temps semble s'être arrêter dans les gorges de la Sioule. L'activité  principal reste le canoë. Mais la canicule n'a rien arrangé. "il y a un peu plus de 3 mètres cube de débit" tempère Nicolas Martin, le responsable de la base Sioule Loisir,  "mais comme ailleurs on est victime de la médiatisation de la canicule, les gens ne viennent pas faire du bateau". mais plus généralement, le jeune homme s'inquiète, "rien n'est fait, il faut le dire, les Combrailles sont les parents pauvres du tourisme auvergnat, je lance un appel à tous ceux qui peuvent intervenir pour que ça change".

Le Beau Site, vestige de la belle époque - Radio France
Le Beau Site, vestige de la belle époque © Radio France - Jean-Pierre Morel

"C'est un géant qui dort". Derrière son comptoir, Eddy ne comprend pas. Ce belge a repris le Beau Site il y a 4 ans, "le potentiel ici, c'est incroyable, mais j'ai l'impression que les auvergnats n'y croient pas, j'invité tout le monde à venir s'installer ici dans le gorges". Les bonnes volontés ne suffiront certainement pas sans une volonté politique.