Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les métiers qui recrutent le plus en Sarthe en 2019

-
Par , France Bleu Maine

Cueilleurs, éducateurs spécialisés, aides à domicile : les entreprises sarthoises ont 21 400 projets de recrutement pour 2019. Voici les métiers les plus recherchés dans le département.

Les entreprises sarthoises ont 21 400 projets de recrutement pour 2019.
Les entreprises sarthoises ont 21 400 projets de recrutement pour 2019. © Radio France - Isabelle Baudriller

Sarthe, France

C'est 20% de plus que l'an passé ! Les entreprises sarthoises auraient besoin de 21 400 postes supplémentaires  en 2019, selon les chiffres de Pole Emploi dévoilés ce mardi, dans son étude sur les besoins en main d'oeuvre dans le département. Ces projets de recrutement, c'est à dire des intentions d'embauches, concernent majoritairement les services (plus d'un recrutement sur deux). Cette année, plus d'un quart des entreprises seraient prêtes à recruter dans le département. 

1.  Cueilleurs, viticulteurs et arboriculteurs

Ce sont les métiers plus recherchés en Sarthe cette année. Les entreprises aimeraient embaucher 1270 personnes. Il s'agit dans l’extrême majorité des cas d'emplois saisonniers, dont la durée est inférieure à six mois (dans 99,7% des cas). 

2. Éducateurs spécialisés

Avec 1256 projets de recrutement, les éduc' spé sont eux aussi très recherchés en Sarthe. Un métier sous tension, notamment en raison d'une moyenne d'âge assez élevée et de nombreux départs en retraite. Il s'agit cette fois, de projets de recrutement sur des postes à longs termes. 

3. Aides à domicile

Aides ménagère et travailleuses familiales, viennent compléter le podium, avec 1050 intentions d'embauches en 2019 sur le département. Il s'agit majoritairement d'emplois permanents (91,9% des cas).  Ces métiers sont là encore en tension : les offres d'emploi sont presque aussi nombreuses que la demande. Ils pâtissent parfois d'une image dégradée, notamment en raison des conditions de travail : des emplois à temps partiels et des horaires atypiques. 

Viennent ensuite,les agents d'entretiens (plus de 800 projets de recrutement), les aide-soignants, les métiers de l'animation, les ouvriers agricoles, les employés de libre-service, les manutentionnaires, les ouvriers de l'agro-alimentaire, les maraîchers et les employés de cuisine. 

Les métiers de l'automobile, particulièrement en tension

Le secteur de l'automobile a également besoin de main d'oeuvre en Sarthe. Les entreprises du département aimeraient recruter 260 personnes cette année. Avec un taux de tension de 95%, les offres d'emploi sont presque aussi nombreuses que les candidats. Mécaniciens et électroniciens de véhicules sont d'ailleurs les métiers où les entreprises ont le plus de mal à recruter. "La particularité de la Sarthe, c'est d'avoir des difficultés de recrutement", explique Astrid Combemorel, la directrice territoriale de Pôle Emploi pour la Sarthe et la Mayenne. "Est-ce qu'à un moment donné, il y a une désaffection des élèves pour ces métiers au moment scolaire ? Mais nous sommes en train de rechercher des candidats, en particulier pour des entreprises qui arrivent en Sarthe."

Parmi ces entreprises, le Groupe Dubreuil, qui va installer un centre de reconditionnement pour ses véhicules à Voivres-lès-le-Mans l'an prochain. A la clef, plus de quarante créations de postes. "Des mécaniciens, des carrossiers, des peintres, des préparateurs esthétiques", liste Mathieu Foveau, le directeur des ressources humaines du pôle automobile. Il en est persuadé, il aura du mal à recruter. "Traditionnellement, quand on a un départ dans une équipe, cela peut prendre des semaines ou des mois pour trouver un remplaçant, donc la tâche va être ardue." 

La faute à un manque de candidats suffisamment qualifiés. Le groupe a donc décidé de former en interne certains candidats en reconversion professionnelle : trois mois en entreprise tout en percevant les indemnités de Pôle Emploi, qui finance la formation.