Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les migrants de plus en plus nombreux au Secours catholique de la Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Le Secours catholique a dévoilé son rapport sur la pauvreté ce jeudi 7 novembre. Le nombre de bénéficiaires, notamment les étrangers, a augmenté entre 2017 et 2018 en Mayenne.

Le Secours catholique de la Mayenne accueille de plus en plus d'étrangers
Le Secours catholique de la Mayenne accueille de plus en plus d'étrangers © Maxppp - Marc Ollivier

Laval, France

Le secours catholique accueille de plus en plus de personnes migrantes, notamment en Mayenne. C'est l'un des bilans du rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France, dévoilé jeudi par l'association. Au total, le Secours catholique de la Mayenne a accompagné près de 4.300 personnes en 2018. 40% de ces bénéficiaires sont des étrangers, soit le même pourcentage qu'au niveau national. 

Ces étrangers qui poussent les portes des différentes délégations du Secours catholique en Mayenne ont des profils bien différents : "Ce sont des personnes dans des situations de non-droit, explique Guy Oger, le président départemental de l'association. Il y en a qui sont déboutés et qui stagnent dans cette situation. D'autres demandent des titres de séjour. Certains sont en très grande précarité."

En Mayenne, ce sont surtout des familles entières d'étrangers qui se rendent au Secours catholique. "Quant au pays d'origine, ce n'est pas toujours ce que l'on croit. Certains viennent de Russie et de Mongolie", complète Guy Ogier. 

Pour certains bénéficiaires, l'expérience a été salvatrice. "Quand je suis arrivée, ils ont pris la peine de m'écouter, raconte Sandrine, 24 ans, originaire de Côte d'Ivoire. Ils m'ont aidé, ils m'ont orienté et ce n'était pas facile."

Je trouve que le mot "migrant" est dur - Safourata, Guinéenne installée en Mayenne

Même chose pour Safourata, une Guinéenne de 33 ans. Comme Sandrine, elle est devenue bénévole au Secours catholique de la Mayenne. Aujourd'hui, elle tente de combattre les clichés attachés aux migrants en France, dans une actualité chargée. 

"Ce n'est pas facile à vivre. Ce 'est pas la même culture et c'est compliqué de s'intégrer. Alors quand les personnes nous demandent : "Pourquoi êtes-vous venus ici ?", on l'explique, mais certains n'arrivent pas comprendre. Des gens m'ont dit : "Ce n'est pas nous qui avons fait la pauvreté en Afrique." C'est dur à entendre. Nous sommes tous humains."

Sandrine et Safourata sont aujourd'hui bénévoles pour le Secours catholique de la Mayenne - Radio France
Sandrine et Safourata sont aujourd'hui bénévoles pour le Secours catholique de la Mayenne © Radio France - Clément Conte

Aujourd'hui, ces deux bénévoles aimeraient changer le regard de certains Français sur leur condition : _"_Il faut qu'il sachent que si quelqu'un se sent bien chez lui, il ne part pas dans un autre pays, raconte Sandrine. Je pense à celles qui ont des enfants. Ce n'est pas facile pour elles." Et elles sont nombreuses : 39% des femmes accueillies au Secours catholique en 2018 sont des mères seules.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu