Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les migrants évacués de l'université de Nantes

mercredi 7 mars 2018 à 10:52 Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Plusieurs dizaines de migrants ont été évacués de l'université de Nantes mercredi. Ils occupaient deux bâtiments du campus du Tertre. L'intervention des forces de l'ordre s'est déroulée dans le calme.

Les migrants ont déposé leurs effets personnels en attendant une solution d'hébergement
Les migrants ont déposé leurs effets personnels en attendant une solution d'hébergement © Radio France - Romain Dézèque

Nantes, France

Environ 150 migrants ont été évacués de l'université de Nantes mercredi matin à l'aube, ils occupaient deux bâtiments du campus du Tertre (Censive et le château) depuis plusieurs semaines. L'intervention des forces de l'ordre a débuté peu avant 7 heures, elle s'est déroulée dans le calme. Les militants associatifs et des étudiants sont ensuite venus soutenir les migrants. "Ils sont arrivés vers 6h30, ils sont entrés dans les chambres où on dormait et ont demandé à tout le monde de se lever et de prendre leurs affaires" raconte Sylla, originaire de Guinée. "Ça s'est passé dans le calme, ils n'ont pas été violents avec nous. Mais là pour l'instant on n'a pas de solution, on ne sait pas où dormir, il fait froid... ils ne nous ont pas proposé de solution concrète". Selon les associations et collectifs venus apporter leur soutien, certains migrants ont pu être accompagnés par le 115, d'autres par des hébergeurs solidaires. 

Pour protester contre cette évacuation, un membre d'un des collectifs est monté sur le toit du château du Tertre pendant au moins deux heures. 

Le militant s'est posté sur le toit du bâtiment central pour protester contre l'évacuation des migrants - Radio France
Le militant s'est posté sur le toit du bâtiment central pour protester contre l'évacuation des migrants © Radio France - Romain Dézèque

Première occupation en novembre

Les premiers migrants soutenus par plusieurs associations se sont installés dans le bâtiment Censive à la fin du mois de novembre après avoir été expulsés de l'Ecole des Beaux-Arts de Nantes qu'ils avaient tentée d'occuper. Quelques jours plus tard, c'est le château du Tertre qui était à son tour "réquisitionné" par les militants associatifs. Le président de l'université avait alors demandé et obtenu l'évacuation des lieux par un jugement du tribunal administratif de la ville.