Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les négociations sur la réforme de l'assurance chômage commencent ce mercredi

-
Par , , France Bleu

Partenaires sociaux et gouvernement se retrouvent ce mercredi matin au ministère du Travail pour une première réunion sur la réforme, promise par Emmanuel Macron, de l'assurance chômage. Elle devrait notamment mieux couvrir les travailleurs indépendants et les salariés qui démissionnent.

Les partenaires sociaux s'engagent dans de nouvelles négociations, quelques mois à peine après l'établissement de nouvelles règles
Les partenaires sociaux s'engagent dans de nouvelles négociations, quelques mois à peine après l'établissement de nouvelles règles © Maxppp - Vincent Isore/IP3

C'était l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron : réformer l'assurance chômage. Pour la première fois ce mercredi, syndicats, patronat et représentants du gouvernement se retrouvent pour une première réunion multilatérale, prévue à 11h30 au ministère du Travail. Initialement prévue mi-novembre, elle avait été repoussée pour être mieux préparée. 

Un nouveau cycle de discussions qui s'engage quelques mois seulement après les âpres négociations menées entre les partenaires sociaux sur les nouvelles règles de l'indemnisation chômage, entrées en vigueur le 1er novembre dernier. 

Mieux couvrir les indépendants

Les enjeux de ces négociations sont importants, car cette réforme est ambitieuse. Son premier objectif, c'est de couvrir les indépendants en cas de défaillance de leur entreprise. Fini le RSI donc, ils pourraient accéder aux Assédic dans certaines conditions. 

Dans un rapport publié la semaine dernière, les inspections générales des affaires sociales (IGAS) et des finances (IGF) appellent à la "prudence" face à "une population difficile à assurer contre le risque de chômage" et préconisent par exemple que la couverture soit assurée en cas de liquidation ou de redressement judiciaire, mais pas en cas d'arrêt volontaire de l'activité. 

Quelles pistes pour mieux couvrir les indépendants ?
Quelles pistes pour mieux couvrir les indépendants ? © Visactu

Il s'agit aussi pour le gouvernement d'indemniser plus de salariés démissionnaires : seuls 70.000 le sont aujourd'hui. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé un droit à toucher le chômage en cas de démission une fois tous les cinq ans. En octobre dernier il avait évoqué des mesures plus restrictives, comme "l'existence d'un projet" pour le futur demandeur d'emploi. 

Les partenaires sociaux sont tous inquiets

Le second volet de la réforme est un principe de bonus-malus, dont le but est de pénaliser les entreprises qui abusent de contrats courts, et qui coûtent donc cher à l'assurance-chômage. Cette perspective de malus inquiète les représentants du patronat. 

D'ailleurs, et c'est un fait plutôt rare, tous les partenaires sociaux expriment leur inquiétude quant à cette réforme. Le gros point noir, selon eux, c'est le financement de ces nouvelles mesures : la dette de l'Unedic dépasse déjà les 30 milliards d'euros. Le patronat craint de voir apparaître une nouvelle cotisation. Les syndicats, eux, espèrent que l'extension de la couverture chômage ne provoquera pas une baisse des allocations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess