Économie – Social

Les opérateurs de téléphonie mobile contre un projet de loi destiné à supprimer les zones blanches

Par Géraldine Marcon, France Bleu dimanche 18 décembre 2016 à 17:04

Le gouvernement s'est engagé à desservir les communes situées en zone blanche.
Le gouvernement s'est engagé à desservir les communes situées en zone blanche. © Maxppp - Illustration

Alors qu’ils s’étaient engagés à résorber toutes les zones blanches d’ici la fin de l’année, les opérateurs de téléphonie mobile reviennent sur cette promesse en s'adressant aux parlementaires dans une lettre ouverte publiée dans le Journal du dimanche ce 18 décembre.

Orange, SFR et Bouygues Telecom, les trois grands opérateurs français demandent au parlement de revoir les orientations du projet de loi qui doit passer ce lundi en commission mixte paritaire et le font savoir dans un texte publié dans le Journal du dimanche ce 18 décembre. Dans cette lettre ouverte, ils se disent "très préoccupés par le débat parlementaire la couverture numérique du territoire, en particulier l’examen du projet de loi relatif à la montagne". Ce dernier vise la suppression des zones blanches**, c’est-à-dire sans réseau actuellement. Selon les derniers chiffres communiqués par l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, dans 309 communes françaises, il est toujours impossible de passer un appel ou envoyer un texto depuis un portable.

Les trois opérateurs s’étaient d’ailleurs engagés auprès du gouvernement à couvrir l’ensemble des habitants du territoire d’ici la fin de l’année 2016, y compris dans les zones de montagne.

Les PDG de Bouygues Télécom, Orange et SFR estiment qu’ils ne peuvent pas tenir cet engagement et le font savoir ce dimanche dans cette lettre ouverte. "Loin d'encourager l'investissement et l'amélioration de la couverture, cela contribuera à bouleverser l'économie de notre secteur"**, disent-ils.** Les trois opérateurs ajoutent qu'ils ont déjà dépensé huit milliards d'euros d'investissement l'an dernier pour déployer et entretenir les réseaux.