Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les patrons de discothèques de la Sarthe veulent rouvrir leurs établissements

-
Par , France Bleu Maine

Les patrons de boîtes de nuit de la Sarthe veulent rouvrir au plus vite. Pour la plupart, c'est une question de survie. La députée Pascale Fontenel-Personne les soutient.

Les patrons de discothèques de la Sarthe ont reçu le soutien de la députée Pascale Fontenel-Personne pour la réouverture
Les patrons de discothèques de la Sarthe ont reçu le soutien de la députée Pascale Fontenel-Personne pour la réouverture © Radio France - Christelle Caillot

Les patrons de discothèques de la Sarthe veulent rouvrir le plus rapidement. Ce lundi, ils ont reçu le soutien de Pascale Fontenel-Personne. La députée fait partie des quarante parlementaires à se mobiliser pour demander la réouverture des établissements de nuit.

Des pertes énormes 

"La réouverture, c'est une question de survie" : c'est le cri d'alarme de François Sionot, patron de "La Riviéra", un établissement situé au Mans sur les quais. "Depuis la fermeture, on a les charges, les frais fixes, et aucune rentrée d'argent. Pour notre établissement, qui n'a pas encore un an, c'est un vrai coup dur." 

La discothèque "La Loge" au Mans est toujours fermée
La discothèque "La Loge" au Mans est toujours fermée © Radio France - Christelle Caillot

La situation n'est pas meilleure pour les anciens. Alain Bellanger est le patron de "La Loge", "Le garage", "l'Eléphant", et du "Loft". Il estime ses pertes à plus de 800.000 euros rien que sur le chiffre d'affaires. "Si on reste fermé pendant l'été, on va se retrouver à plus d'1 million 300.000 euros de pertes."

Des aménagements spécifiques

"On a déjà travaillé à des modifications pour permettre la réouverture de nos établissements dans de bonnes conditions", rajoute Alain Bellanger. "On demandera à nos clients de prendre leur température, on séparera les vestiaires. Et puis, on incitera les gens à danser au niveau de leur table pour éviter ainsi les mouvements dans les établissements. En fait, on appliquera un peu le protocole des bars de nuit."

Les fauteuils de la discothèque "La Loge" au Mans sont vides depuis le début du confinement
Les fauteuils de la discothèque "La Loge" au Mans sont vides depuis le début du confinement © Radio France - Christelle Caillot

Le soutien d'une députée 

Pascale Fontenel-Personne s'est rendue ce lundi à la discothèque "La loge" au Mans pour rencontrer une dizaine de patrons de boîtes de nuit. Elle leur a apporté son total soutien. Elle fait d'ailleurs partie des quarante députés à vouloir la réouverture des discothèques. 

"Notre jeunesse et les discothèques sont pointées du doigt comme si elles étaient les responsables de l'épidémie", déclare la députée dans un communiqué. "85% des personnes décédées du COVID-19 ont plus de 75 ans. 95 % des jeunes qui fréquentent les discothèques ont moins de 25 ans. Où est le risque ? Clairement, nos aînés n'ont pas attrapé le virus en discothèque. Et pourquoi priver nos jeunes de sorties comme des adolescents qu'on punit ?"

Après avoir rencontré les patrons de discothèques sarthois ce lundi soir, Pascale Fontenel-Personne sera ce mercredi dans la plus vieille discothèque de Paris au "Balajo" rue de Lappe à Paris afin d’aborder avec 39 députés et tous les acteurs de la nuit les dispositions à prendre pour demander la réouverture des établissements.

En Sarthe, on compte une quinzaine de discothèques qui emploient près de 200 personnes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu