Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Violences contre les élus : les patrons des groupes politiques entrent "unis" à l'Assemblée nationale

mardi 12 février 2019 à 16:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Les chefs de file des groupes politiques de l'Assemblée nationale se joints au président Richard Ferrand pour entrer dans l'hémicycle mardi après-midi. Une action symbolique visant à dénoncer les récentes violences et dégradations commises à l'encontre des domiciles et permanences parlementaires.

Les députés applaudissent Richard Ferrand dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 12 février 2019
Les députés applaudissent Richard Ferrand dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 12 février 2019 © AFP - JACQUES DEMARTHON

De Christian Jacob (LR) à Jean-Luc Mélenchon (LFI), les présidents des groupes politiques ont accompagné Richard Ferrand au travers de la haie d'honneur de la garde républicaine et jusqu'au pied du "perchoir" de l'Assemblée nationale avant la séance des questions au gouvernement ce mardi. Une action symbolique visant à dénoncer les actes de violences, d’intimidations et les dégradations commises à l’encontre des représentants de la Nation ces derniers mois.

Le président de l'Assemblée nationale, dont le domicile personnel dans le Finistère a été visé vendredi par une tentative d'incendie, a été applaudi à l'ouverture de la séance. "Ces actes inacceptables portent atteinte à la République et à la démocratie tout comme les actes de racisme et d’antisémitisme, radicalement contraires aux valeurs de la République, et que nous ne tolérerons jamais" a-t-il déclaré.

Plus de 80 "dégradations, exactions" visant des permanences parlementaires ou des domiciles ont été recensées depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez. Samedi, des "gilets jaunes" du cortège parisien ont tenté d'enfoncer des palissades devant le Palais Bourbon, et ont lancé divers projectiles.

Le président (LR) du Sénat, Gérard Larcher, a également pris la parole et apporté son soutien aux élus de la chambre basse."Rien ne justifie le recours à la violence, rien ne justifie de bafouer l'Etat de droit, rien ne justifie les provocations contre la République" a-t-il déclaré en ouverture de séance.