Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les personnels de santé crient leur ras-le-bol à Nantes

mardi 7 mars 2017 à 16:13 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Le mouvement national des personnels de santé a été relayé ce mardi à Nantes. Environ 300 manifestants se sont rassemblés devant l'Agence Régionale de Santé, où une délégation a été reçue.

Les infirmiers anesthésistes du CHU de Nantes
Les infirmiers anesthésistes du CHU de Nantes © Radio France - Emmanuel Sérazin

Nantes, France

L'appel à manifester avait été lancé dans tout le pays pour ce mardi : les personnels de santé et les travailleurs sociaux étaient appelés à battre le pavé pour dire à quel point leur quotidien est devenu invivable, faute de moyens humaines suffisants. A Nantes, une délégation a été reçue par la direction de l'Agence Régionale de Santé, tandis que 300 personnes patientaient à l'extérieur, sous une pluie aussi fine que froide.

Marre de travailler à la chaîne

Dans le cortège, on trouve des aide-soignantes, des infirmier(e)s, des infirmiers anesthésistes. Et même s'ils exercent dans différents services de l'hôpital nantais, tous décrivent le même malaise. Faute de personnel en nombre suffisant, l'activité est toujours très soutenue. Si les patients sont les premiers à en souffrir, les personnels de santé expriment un mal-être profond, et la culpabilité de ne pas bien s'occuper des malades. A l'image de Patricia, aide-soignante en gérontologie au CHU de Nantes : son équipe a perdu 50% de ses effectifs...