Économie – Social DOSSIER : L'actu de la mer

Les plagistes de la Baule ne veulent pas de Véolia comme concessionnaire

Par Marina Cabiten, France Bleu Loire Océan et France Bleu vendredi 19 mai 2017 à 5:00

Les plagistes ne veulent pas de Véolia
Les plagistes ne veulent pas de Véolia © Radio France - Anne Patinec

L'attribution de la concession de la gestion de la plage de la Baule à Véolia ne passe toujours pas auprès des patrons d'une trentaine d'établissements situés sur le sable. Ils considèrent qu'il s'agit d'une "privatisation" de la plage.

Depuis l'annonce de l'attribution de la concession de la gestion de la plage de la Baule à Véolia en fin d'année dernière, les responsables de la trentaine d'établissements situés sur le sable ne décolèrent pas. Ils considèrent qu'ils 'agit d'une" privatisation", alors qu'ils ont jusqu'au 20 juin pour faire acte de candidature.

Garder l'esprit de la plage

Le premier motif de leur colère est financier; ils redoutent de voir le montant de leurs redevances augmenter sérieusement et que cela mette en difficulté financière leurs restaurants et clubs de plage qui emploient 500 saisonniers. Ils estiment également que le projet "n'est pas conforme à l'esprit de la plage", notamment en proposant des concessions beaucoup plus grandes

on n'est pas dans le Midi et on n'a pas envie d'installer des quantités de matelas avec des gens qui grillent au soleil, ce n'est pas l'esprit de la Baule estime Loïc Durand-Raucher, le président de l'association La Plage, Coeur de la Baule

Les plagistes craignent de perdre "l'esprit de La Baule" - Radio France
Les plagistes craignent de perdre "l'esprit de La Baule" © Radio France - Anne Patinec

La ville de la Baule pour sa part estime "qu'il est malhonnête de parler de privatisation". Dans un communiqué, le maire Yves Métaireau dit comprendre l'inquiétude des professionnels et veut jouer l'apaisement. Il propose la constitution d'une SEML, Société d'Economie Mixte Locale, avec Véolia. C'est l'Etat qui devra trancher. En attendant, les professionnels de la plage organisent un rassemblement le 27 mai et ont lancé une pétition en ligne.