Économie – Social

Les pompiers des P.-O. obtiennent un sursis dans la réforme de leur temps de garde

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon jeudi 27 février 2014 à 18:40

Pompiers (illustration)
Pompiers (illustration) © Maxppp

Les sapeurs-pompiers professionnels des Pyrénées-Orientales ont de nouveau manifesté ce jeudi pour dénoncer une réorganisation dans leur temps de garde. Ils ont obtenu que le texte soit retiré de l'ordre du jour du conseil d'administration. Les négociations vont reprendre.

Les sapeurs-pompiers des Pyrénées-Orientales ont remporté une manche ce jeudi dans le conflit qui les oppose depuis de longs mois au Conseil général, le principal financeur du Service d'Incendie et de Secours. Un conflit qui porte sur l'organisation du temps de travail.

Dans la matinée, une centaine de soldats du feu s'étaient à nouveau rassemblés devant les locaux du SDIS à Perpignan nord. Un rapport controversé sur le paiement des temps de garde devait être présenté en Conseil d'Administration. Il a finalement été retiré de l'ordre du jour. C'est ce que souhaitaient les pompiers. Les négociations vont maintenant pouvoir reprendre sur de nouvelles bases.Frédéric Lhomme est le représentant du syndicat SNSPP-PATS : "On est soulagé d'avoir enfin été entendus. La sagesse a prévalu , mais tout reste à faire. On est prêt à travailler dans un esprit constructif. Quand on est pompier, ce n'est pas pour faire du syndicalisme ou porter des revendications, c'est pour porter secours. Notre objectif, c'est de passer rapidement à autre chose".

Pompiers 1

"On veut être entendu pas seulement écouté "

Hervé Masson du syndicat Sud : "C'était une sage décision pour qu'on puisse rediscuter calmement pour trouver un terrain d'entente, on n'est pas si exigeant que ça. On veut une reconnaissance . On veut être entendu pas seulement écouté" .

Pompiers 2

Jean-Marc Del Sol du syndicat UNSA : "la direction voulait mettre en place quelque chose qui n'avait pas été du tout vu en négociations. Le climat social va redescendre d'un ton . Si le dossier n'avait pas été retiré, on entrait dans un conflit dur. Là, on va pouvoir travailler sereinement".

Pompiers 3

Partager sur :