Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les porcelainiers bouderaient-ils l'IG Porcelaine de Limoges ?

-
Par , France Bleu Limousin

Neuf mois après l'entrée en vigueur de l'Indication Géographique "Porcelaine de Limoges", la profession ne se précipite pas pour obtenir la certification qui permet d'estampiller leurs produits. Pour l'heure, seules 5 entreprises sont certifiées "Limoges".

Pas d'engouement des porcelainiers pour demander l'IG Porcelaine de Limoges - illustration
Pas d'engouement des porcelainiers pour demander l'IG Porcelaine de Limoges - illustration © Maxppp - Michel Wasielewski

Les porcelainiers limougeauds ne se précipitent pas pour demander l'Indication Géographique "Porcelaine de Limoges". Près de 9 mois après la mise en place de ce label, qui vise à protéger l'appellation Limoges, les porcelainiers ou décorateurs limougeauds sont très peu nombreux à avoir demandé l'estampille.

Ce manque d'engouement, c'est franchement dommage !" - Daniel Betoule, PDG des Porcelaines de la Fabrique

Sur une quarantaine d'opérateurs concernés, seules 5 entreprises ont demandé et viennent d'obtenir le label. Pourtant, c'est un combat de plusieurs dizaines d'années qui a abouti en décembre dernier, alors ce manque d'engouement peut surprendre. Pour certains, il est même regrettable. "Oui, _je le regrette_" déplore Daniel Betoule, PDG des Porcelaines de la Fabrique à Saint Brice, l'un des plus fervents défenseurs du label qu'il vient d'obtenir. "Nous avons tellement attendu l'IG, j'aurais pensé que les porcelainiers fassent la demande instantanément pour être labellisés, c'est franchement dommage car on n'affiche pas l'union sacrée !" regrette-t-il.

Mais pourquoi une telle réticence ?

Comment expliquer ce manque d'entrain des porcelainiers ? D'abord, il y a peut-être une question de coût, car demander l'IG Porcelaine de Limoges, c'est un peu comme passer le contrôle technique de sa voiture : toute l'entreprise est scrutée de A à Z par un expert afin de vérifier que la porcelaine est bien fabriquée et décorée en Haute-Vienne. Or cette procédure coûte cher donc les petites entreprises ne se précipitent pas.

A LIRE AUSSI : C'est historique, la porcelaine de Limoges obtient son IGP

Quant aux grandes maisons, selon certains observateurs, elles n'ont pas très envie qu'on mette le nez dans leurs coulisses. Y aurait-il des choses à cacher ? Disons simplement que, même parmi les grandes marques de Limoges, certaines pièces, à la marge, ont déjà pu venir de l'étranger. Cela n'empêcherait pas d'obtenir l'appellation Limoges pour les produits fabriqués ici, mais la différence entre les origines serait alors évidente. 

Cela dit, si par discrétion des porcelainiers voulaient carrément se passer du label "Limoges", il y a aussi un risque : que toute leur production devienne alors suspecte pour les acheteurs. En effet, pourquoi se revendiquer de Limoges mais ne pas l'afficher ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess