Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les prix de l’eau et de l’assainissement en France sont 11% inférieurs à la moyenne européenne

mardi 28 novembre 2017 à 11:25 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les prix de l’eau et de l’assainissement en France sont 11% inférieurs à la moyenne européenne, selon le 11e baromètre Nus Consulting publié ce mardi par la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E) et relayé par franceinfo.

L'eau et l’assainissement en France font partie des moins chers d'Europe selon une étude
L'eau et l’assainissement en France font partie des moins chers d'Europe selon une étude © Maxppp -

Les Français paient moins cher pour l'eau et l'assainissement que la plupart des autres Européens, selon un baromètre publié mardi par la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E), que franceinfo a pu consulter.

Selon cette étude, le prix moyen d’un mètre cube d’eau en France est de 3,56 euros. C'est deux fois plus qu’en Italie, mais nettement moins qu'en Allemagne où il est évalué, selon l'étude, à 5,21 euros. Le record est détenu par le Danemark avec un prix du mètre cube d’eau à 6,61 euros.

L’étude a été réalisée avec les habitants des cinq plus grandes villes de dix pays européens. Des habitants qui consomment en moyenne 120 m3 d’eau par an. En France toujours, selon ce baromètre, les tarifs sont restés relativement stables entre 2015 et 2017. Ils augmentent de 0.6%. Cependant, le baromètre montre que les investissements pour rénover les canalisations et les réseaux sont insuffisants. Il faudrait 160 ans, avec le rythme actuel, pour les renouveler complètement.