Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Économie – Social

Les prix de l’électricité pourraient augmenter de 2,3% à 4% en 2019

jeudi 29 novembre 2018 à 8:27 Par Pierre Emparan, France Bleu

Les tarifs réglementés de l'électricité pourraient augmenter de 2,3% en 2019 selon le journal le Parsien/Aujourd'hui en France et même 3% à 4% selon l'Opinion.

Les prix de l’électricité pourraient augmenter entre 2,3% à 4% en 2019
Les prix de l’électricité pourraient augmenter entre 2,3% à 4% en 2019 © Maxppp - FRANCK VALENTIN

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) doit prochainement transmettre à Bruno Le Maire et François de Rugy, respectivement ministre de l’Economie et ministre de la Transition écologique, sa proposition sur l’évolution des tarifs réglementés de l’électricité le 1er février. Une forte hausse des tarifs est ainsi à prévoir pendant deux années consécutives en 2019 et 2020 pour 25 millions de foyers. Alors que le prix de l’électricité a déjà bondi de 35% en dix ans.

Hausse du prix de l'électricité de 2,3% à 4% en 2019

L’obligation pour EDF de revendre à ses concurrents une partie de sa production nucléaire à un tarif négocié (42 €/MWh) pourrait, selon les calculs du Parisien/Ajourd'hui en France, se traduire par une augmentation de 2,3 % en 2019 et de 3,3 % en 2020. C'est à dire une hausse par ménage de 12 € en 2019 puis de 17 € en 2020.   

Mais le journal l'Opinion est plus pessimiste pour le pouvoir d'achat des Français. L’application de la formule réglementaire devrait selon le quotidien aboutir à une hausse de 3 % à 4 % du prix payé par plus de 25 millions de foyers. À cela, il faut ajouter les augmentations liées à la hausse des taxes sur l’électricité, des prix du marché, des certificats d’économie d’énergie, etc.

Conséquence d'une obligation liée à l'ouverture à la concurrence de l'électricité 

Inscrite dans la loi Nome (Nouvelle organisation du marché de l’électricité) votée en 2011, cette obligation légale de revendre à ses concurrents une partie de sa production nucléaire à un tarif négocié (42 €/MWh) avait pour but d’éviter une distorsion de concurrence. EDF, était en situation de monopole jusqu’à la libéralisation du marché en 2007.