Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les prix de l'immobilier flambent, "il y a un vrai regain" en Poitou selon les notaires

-
Par , France Bleu Poitou

C'est du jamais vu dans les deux départements du Poitou : les prix de l'immobilier s'envolent dans la Vienne et particulièrement dans les Deux-Sèvres. Maître Olivier Daigre, délégué à la communication de la chambre des notaires du Poitou décrypte cette hausse inédite.

Maître Olivier Daigre, délégué à la communication de la chambre des notaires du Poitou, décrypte pour France Bleu la hausse des prix de l'immobilier dans la Vienne et les Deux-Sèvres.
Maître Olivier Daigre, délégué à la communication de la chambre des notaires du Poitou, décrypte pour France Bleu la hausse des prix de l'immobilier dans la Vienne et les Deux-Sèvres. © Radio France - Noémie Philippot

L'année 2020 a vu les prix de l'immobilier flamber partout en Poitou : +12% en moyenne pour les appartements anciens des Deux-Sèvres, jusqu'à 18% de plus pour une maison ancienne à Bressuires et Poitiers n'est pas en reste avec un prix du mètre carré qui grimpe jusqu'à 3.500 euros pour les appartements anciens. "On a beaucoup d'acquéreurs, un peu moins de vendeurs ce qui fait qu'on a un petit déséquilibre dans le marché" ce qui fait mécaniquement grimper les prix explique Maître Olivier Daigre, délégué à la communication de la chambre des notaires du Poitou

La crise du coronavirus n'est pas étrangère à cette hausse des prix. Elle a "recréé un regain pour l'immobilier, pour l'amélioration du chez soi" selon le notaire. "Beaucoup de gens veulent aussi préparer leur retraite et commencent à avoir un peu plus confiance dans la pierre que dans les retraites qui pourront être servies. Et puis il y a une politique des taux bas qui fait qu'aujourd'hui on empreinte pas cher et que l'argent ne rapporte pas cher." 

Une hausse particulièrement marquée dans les Deux-Sèvres

Dans nos deux départements, seuls quelques secteurs comme Chatelleraut, le pays Chauvinois, le Loudunais et Saint-Maixent-l'Ecole échappent à cette augmentation mais "dans toutes ces communes il y a quand même une progression là où il y a quelques années on était plutôt sur des descentes" estime Olivier Daigre. "La ville de Chatelleraut a regagné en intérêt, peut-être plus doucement que les autres, mais elle a regagné."

Les Deux-Sèvres sont particulièrement marquées par cette hausse avec "vraiment des flambées, relativement locales." Selon Olivier Daigre, elle s'explique par l'arrivée "d'investisseurs extérieurs qui viennent de Paris, de Bordeaux, des villes qui ont énormément flambé ces dernières années et qui vont chercher chez nous peut-être un petit peu plus de rentabilité, donc on peut avoir des augmentations de 10 à 15% des prix." 

Un vrai avenir sur nos communes avec une douceur de vivre qu'on ne retrouvera peut-être pas ailleurs." 

Et face aux nouvelles envies de bien être et de verdure nées pendant le confinement, le Poitou a des arguments. "Depuis la crise, on constate un regain des communes moyennes avec un intérêt : on vit bien dans nos communes, on a tous les services de proximité," le tout couronné par "des prix qui sont beaucoup plus abordables que dans les grandes agglomérations." Pour Olivier Daigre, cette attractivité devrait s'inscrire dans le temps, avec "un vrai avenir sur nos communes avec une douceur de vivre qu'on ne retrouvera peut-être pas ailleurs." 

Pour autant, "à peu près tous les acteurs attendent un ralentissement" de cette dynamique à la hausse. "Si on regarde l'Île-de-France, Paris par exemple, il y a un ralentissement qui est déjà en cours, la logique voudrait qu'à terme il se produise à peu près la même chose" conclut le notaire en précisant que l'économie endommagée par la crise du coronavirus jouera certainement sur le cours des prix de l'immobilier.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess