Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Coronavirus et confinement : les prix des fruits et légumes en hausse dans la grande distribution

Les prix augmentent-ils en ce moment dans la grande distribution ? C’est le sentiment qu’ont beaucoup de consommateurs en faisant leurs courses. Mais la fédération des hypermarchés l’assure, il n’y a eu aucune hausse générale des prix depuis un mois.

Plusieurs facteurs expliquent la hausse des prix des fruits et légumes, notamment le choix des enseignes de vendre des produits français
Plusieurs facteurs expliquent la hausse des prix des fruits et légumes, notamment le choix des enseignes de vendre des produits français © Maxppp - Maxppp

La réalité des prix, c’est d’abord celle vécue par chacun de nous en allant faire ses courses, comme Marie, elle habite Thorigny-sur-Oreuse et va faire ses courses dans un hypermarché de Sens dans l’Yonne : "en sept jours de temps, la laitue a pris vingt centimes, un kilo de courgettes 2,99 euros, un chou-fleur 2,39 euros et le poivron 1,20 euros pièce, je n'ai jamais vu cela de ma vie."

Pas de hausse générale des prix

D’après une étude indépendante menée par le cabinet IRI, les prix sont totalement stables depuis fin février, sauf pour les fruits et légumes Voici l’explication de Jacques Creyssel, délégué général de la fédération du commerce et de la distribution : "nous avons fait le choix avec le gouvernement et la filière agricole, de _privilégier les produits français_, donc les produits français sont un peu plus chers. Sur un concombre par exemple, le prix d'achat aux Pays-Bas est trois fois inférieur à celui d'un concombre en France."

"Les seuls prix qui augmentent sont ceux des fruits et légumes" - Jacques Creyssel, délégué général de la FCD

Un approvisionnement parfois limité

A cela s’ajoute le fait que nous sommes en début de saison et qu’il y a du manque de personnel pour les récoltes, rappelle Michelle Billon présidente de l’association de consommateurs Asseco dans l’Yonne : "il y a un manque de produits, nous n'avons pas toutes les productions qu'on a habituellement".

Des tomates françaises à 4,50 euros le kilo dans une grande surface de Sens dans l'Yonne
Des tomates françaises à 4,50 euros le kilo dans une grande surface de Sens dans l'Yonne © Radio France - Renaud Candelier

Le coût du transport

Et puis les coûts de transport ont augmenté ajoute Jacques Creyssel : "il n'y a quasiment plus que les transports alimentaires qui fonctionnent. Tout ce qui est non-alimentaire ne fonctionne pas. Or très souvent, les camions partent à plein avec des produits alimentaires et reviennent avec d'autres types de produits. Aujourd'hui, _ils reviennent souvent à vide_, donc il y a une répercussion sur l'ensemble des coûts du transport."

La grande distribution profite-t-elle de la crise ?

Le secteur bénéfice depuis quatre semaines d'une augmentation de son chiffre d'affaire (+22% sur les produits de grande consommation entre fin février et fin mars), mais cette tendance tend à se réduite, voire à s'inverser depuis la semaine dernière pour les hypermarchés explique ci-dessous Jacques Creyssel.

"Les hypermarchés ont fait -14% de ventes la semaine dernière par rapport à la même semaine en 2019" - Jacques Creyssel, délégué général de la FCD

Ces derniers jours, plusieurs enseignes ont annoncé bloquer les prix sur des milliers de produits transformés, notamment les marques distributeur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess