Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les producteurs de lait limousins ne sont pas mieux lotis que les autres

mardi 30 août 2016 à 19:22 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Alors que les producteurs et Lactalis ont trouvé un accord sur le prix du lait, les 150 producteurs haut-viennois, dont la plupart travaillent avec le groupe régional Terra Lacta et la Laiterie des Fayes, ne profitent pas de l'image du "lait des limousins" véhiculée par cette coopérative.

Les producteurs de lait limousins n'arrivent pas à joindre les deux bouts
Les producteurs de lait limousins n'arrivent pas à joindre les deux bouts © Maxppp - Pascal Bonnière

Haute-Vienne, France

En Haute-Vienne, certains producteurs sont certes collectés par Terra Lacta mais pour le compte de Lactaclis et le prix qu'ils reçoivent est parfois plus bas que le tarif moyen payé par le géant français : 250 euros la tonne de lait avant l'accord de mardi, c'est 10 euros de moins que ce que recevaient les producteurs en Mayenne par exemple.

Une image locale qui ne profite pas aux producteurs

Ensuite, pour les laitiers haut-viennois dont le lait alimente Terra Lacta et la laiterie des Fayes à Isle, la situation est un peu meilleure mais vraiment pas mirobolante : 270 euros la tonne, c'est encore loin du point d'équilibre que les producteurs estiment à 340 euros, et c'est désormais en-dessous du prix fixé à 290 euros dont pourront profiter les laitiers travaillant pour Lactalis.

Et pourtant, la Laiterie des Fayes construit toute son image sur la production locale, sur le terroir et sur ses valeurs. Mais on ne peut pas dire qu'avec ces tarifs, elle participe à la survie des producteurs limousins. A sa décharge, le marché du lait est un contexte mondial dominé et orienté - justement - par le français Lactalis. Les producteurs haut-viennois espèrent donc que l'accord Lactalis entraînera une hausse du prix payé par Terra Lacta dans les jours ou les semaines qui viennent.