Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dans la Loire, des arboriculteurs en manque de main-d'œuvre

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Chaque année Henri Mazenot producteur de pommes à Saint-Paul-en-Jarez (Loire) fait face au même problème : celui du manque de main d'oeuvre pour les récoltes. Selon lui la faute à des allocations chômage trop importantes, et une économie mondialisée qui l'empêche de payer plus le personnel.

Henri Mazenot manque de bras sur son exploitation.
Henri Mazenot manque de bras sur son exploitation. © Radio France - Elie Abergel

Route de bayolle le haut, Saint-Paul-en-Jarez, France

Il y a deux ans, faute de main-d'oeuvre suffisante, Henri Mazenot, arboriculteur à Saint-Paul-en-Jarez (Loire) a dû renoncer à une partie de sa récolte de cerises. Aujourd'hui, le constat est toujours le même, il peine à trouver des bras pour récolter les pommes poires et cerises qu'il cultive sur son exploitation de 30 hectares. 

Ce jeudi, Henri Mazenot a rencontré d'autres arboriculteurs de toute la France "qui partagent le même constat", selon lui. "Au printemps, je n'ai pas trop difficultés car je recrute beaucoup d'étudiants et de lycéens pour m'aider sur mon exploitation", commence H. Mazenot. "Le problème c'est à partir d'octobre, il n'y a plus personne", explique l'arboriculteur. "Beaucoup de chômeurs ne sont pas motivés pour travailler", assure Henri. "Certains me demandent d'être payés au noir pour ne pas avoir à déclarer et pouvoir continuer de toucher les allocations", enrage l'exploitant. 

Henri Mazenot cherche du personnel pour un poste d'emballeur de fruits, "du CDD qui pourrait déboucher sur du CDI, et pourtant cela fait un an que je cherche" explique Henri. 

Pas les moyens d'augmenter les salaires

Faute de personnel, c'est sa femme Françoise qui assure la fonction. "Je suis déçue de ne pas pouvoir profiter de ma retraite, de ne pas pouvoir profiter de mes petits-enfants", explique celle qui a commencé le travail à 17 ans. Dans l'impossibilité d'augmenter les salaires "à cause de la concurrence", Henri Mazenot ne voit pas d'issue, à part peut-être "baisser les allocations des chômeurs, pour redonner le goût au travail". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu